Formule 1

Pas de retour aux pneus 2018 : Pirelli soulagé par le vote des écuries

Mais quelques modifications pourraient être apportées d’ici Silverstone tout de même

Recherche

Par A. Combralier

28 juin 2019 - 17:21
Pas de retour aux pneus 2018 : (...)

Un vote crucial a eu lieu aujourd’hui, dans le paddock du Red Bull Ring : les écuries devaient décider s’il fallait revenir, ou non, aux pneus 2018. L’objectif, pour les promoteurs de ce retour en arrière (Red Bull, Ferrari, Alfa Romeo, Haas, Toro Rosso), était de retrouver des pneus à bande de roulement plus épaisse, qui sont censés moins profiter à Mercedes. Mais, alors que la majorité de 7 écuries devait être atteinte, 5 se sont prononcées contre ce changement (Racing Point, Williams, McLaren, Renault et bien sûr Mercedes). L’initiative promue par Ferrari a, par conséquent, échoué.

Présent en conférence de presse en Autriche, Mario Isola, le responsable de Pirelli pour la F1, en a dit un peu plus sur les coulisses de cette réunion.

« Il s’agissait principalement de comprendre s’il y avait quelque chose à faire pour améliorer le spectacle. Nous savons que la domination de Mercedes ne profite pas au spectacle pour le moment, et nous avons discuté de l’opportunité de réintroduire les pneus 2018. »

« Mais après analyse de la situation, de ses aspects positifs et négatifs, la conclusion a été de rester sur les pneus actuels… enfin, il y a eu un vote des écuries et la décision a été prise de conserver les pneus actuels. »

De manière très intéressante, Mario Isola a révélé que ce vote négatif ne signifiait pas forcément que les pneus 2019 allaient rester tels quels. Des changements pourraient être apportés dès Silverstone, mais Mario Isola n’a pas révélé en détail en quoi ils consisteraient.

« La réunion fut assez productive ; il y a eu de nouvelles idées sur la table, de nouvelles propositions, pour peut-être la fin de la saison. Bien sûr, il faut analyser tout cela. Pour le moment, ce ne sont que des idées. Nous verrons. Nous continuerons la discussion ces prochains jours, et peut-être que nous arriverons avec une proposition à Silverstone, ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas encore, nous en avons discuté il y a quelques heures seulement. »

Même si le vote a échoué, 5 équipes se sont tout de même retrouvées pour voter contre le produit final, livré par Pirelli cette saison. Mario Isola prend-t-il cela pour un camouflet ? Ou sont-ce les objectifs fixés par la FIA, et respectés par Pirelli, qui sont à revoir ?

« Non, je ne pense pas. La lettre de mission de la FIA fixe certains paramètres : l’écart de performance, la dégradation des pneus, leurs caractéristiques. Cela signifie que nous pouvons changer la lettre de mission pour le futur, nous pouvons déterminer des chiffres plus favorables au spectacle. Nous avons fait un produit en ligne avec les requêtes de la F1. N’oubliez pas ce qui se passait l’an dernier : les pilotes se plaignaient de surchauffe, et si nous revenons aux pneus 2018, nous retrouverons leur surchauffe, le cloquage, tout cela. Et donc nous avons travaillé pour faire un meilleur pneu pour cette année ».

« Je suis très confiant dans le fait que, pour cette deuxième moitié de saison, la plupart des équipes apprendront comment utiliser ces pneus, parce qu’il y a toujours une courbe d’apprentissage. Chaque année, c’est la même chose. »

Si Mario Isola avait pu voter lors de la réunion, nul doute qu’il aurait voté avec Mercedes : le responsable de Pirelli peut afficher un avis tranché, maintenant que les équipes ont pris leur décision.

« Revenir aux pneus de l’an dernier, sur le plan technique, n’était pas la bonne décision, et je suis heureux que cinq équipes aient reconnu cela, et aient voté contre ce changement. »

« Surtout, nous sommes très heureux de travailler avec les équipes, la FIA, la FOM, pour trouver une meilleure solution pour le sport, comme nous l’avons fait par le passé, comme nous l’avons toujours fait. Si une direction adoptée n’est pas la bonne, alors changeons-la, mais il faut tomber d’accord, auparavant, sur la direction à emprunter, parce qu’au bout du compte, nous produisons un pneu pour tout le monde, pas des pneus customisés pour n’importe quelle voiture. »

Pirelli

expand_less