Palou revient sur un test ’irréel’ avec McLaren F1 à Barcelone

Le pilote d’IndyCar a réalisé un de ses rêves

Recherche

Par Emmanuel Touzot

27 septembre 2022 - 14:53
Palou revient sur un test 'irréel

Alex Palou est revenu sur son premier test en F1 avec McLaren, effectué la semaine dernière à Barcelone. Le champion 2021 d’IndyCar, qui restera chez Chip Ganassi Racing en 2023, a réalisé un rêve et découvert un monde nouveau.

"Irréel, vraiment spécial. C’est un de mes rêves depuis que je suis tout petit" a déclaré Palou. "Je ne pensais pas que j’aurais un jour la chance de piloter une F1, alors avoir l’opportunité d’en piloter une est vraiment spécial."

"En plus de cela, le fait de pouvoir la piloter à la maison rend la chose deux fois plus spéciale. J’ai grandi en venant sur ce circuit et en assistant aux journées d’essais avec mon père, alors pouvoir rouler en F1 à Barcelone a été assez spécial."

"J’ai eu la chance de courir en Europe, au Japon et aux États-Unis, mais c’est formidable de revenir en Europe et d’apprendre d’une équipe de F1. Il y a beaucoup de choses que je peux apprendre, et je suis impatient de continuer."

Palou reconnait qu’il ne pouvait pas être prêt à ce test sans avoir essayé une F1 : "J’ai essayé de me préparer autant que possible, mais en même temps, je ne pense pas que j’aurais pu me préparer à cela sans avoir conduit une voiture auparavant, maintenant je sais ce que je dois faire pour me préparer. Je voulais juste m’amuser et profiter de chaque instant."

"Tout" a surpris Palou au volant de la MCL36

S’il ne pouvait pas être prêt, c’est parce qu’une monoplace de F1 propose des défis qui l’ont surpris, dans de nombreux domaines : "Tout ! Je dirais probablement le niveau d’adhérence et les capacités générales de la voiture, être capable de freiner si tard tout en ayant un équilibre incroyable dans les virages."

"La voiture est super rapide, et bien sûr, je suis impressionné par la vitesse à laquelle elle peut aller, mais on s’y habitue. Le niveau d’adhérence, en revanche, surprend même après 100 tours. Mon corps me disait à chaque fois que j’abordais un virage ’non, non, non, ce n’est pas possible’, mais vous pouvez le faire, et même plus."

"Du point de vue de la puissance, c’est fou, la quantité de puissance, l’adhérence et l’appui sont insensés. En termes de poids, je pense que c’est similaire, mais vous allez tellement vite, et il y a tellement d’appui... Il y a une direction assistée en F1, mais pas en IndyCar, ce qui fait une grande différence. Les deux sont physiquement exigeantes, mais différemment."

"Une voiture de F1 demande plus de force dans le cou et de résistance aux forces d’accélération, mais c’est plus facile pour les bras. En IndyCar, c’est plus exigeant pour les bras mais plus facile pour le cou. La quantité de détails sur les voitures de F1 est insensée. Donc au début, il s’agissait juste d’être à l’aise avec la vitesse et l’appui."

McLaren F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos