Formule 1

Officiel : La 2e plainte de Mercedes F1 rejetée, Verstappen garde son titre

Mercedes peut encore faire appel

Recherche

Par Emmanuel Touzot

12 décembre 2021 - 20:07
Officiel : La 2e plainte de Mercedes F1

La FIA a finalement rendu son verdict au sujet de la deuxième plainte de Mercedes F1, qu’elle a déboutée. L’équipe de Toto Wolff jugeait que le règlement n’avait pas été respecté par la direction de course lors de la dernière phase de Safety Car, et protestait contre le résultat du Grand Prix d’Abu Dhabi.

La plainte n’a pas été jugée recevable. Red Bull n’étant pas à l’origine de la plainte, il semblait de toute façon difficile de pénaliser Max Verstappen et son équipe, qui ont remporté le titre mondial en piste.

Il est évidemment logique que Mercedes F1 se sente lésée, puisque cette décision désavantageuse était a priori litigieuse. Mais Max Verstappen conserve donc son titre de champion du monde, et Mercedes F1 celui des constructeurs.

L’équipe de Lewis Hamilton a encore le droit de faire appel, sachant que ce dernier devra être jugé en début de semaine pour que le gala de la FIA couronne le véritable champion du monde. Après il sera trop tard dans tous les cas de figure.

Que dit le rapport des commissaires de la FIA ?

Le rapport des commissaires détaille cette décision :

"Les revendications de Mercedes : Mercedes a affirmé qu’il y avait deux violations du Règlement Sportif (Article 48.12), à savoir que ’toute voiture qui a été doublée par le leader sera tenue de dépasser les voitures du tour de tête et la voiture de sécurité’ et ’une fois que la dernière voiture doublée a dépassé le leader, la voiture de sécurité retournera aux stands à la fin du tour suivant’."

"Mercedes a fait valoir que si ces règles avaient été respectées, la voiture 44 aurait gagné la course. Elles ont donc demandé aux commissaires de modifier le classement en vertu de l’article 11.9.3.h du Code sportif international de la FIA."

Red Bull a bien sûr voulu montrer, au contraire, que ce qui avait été fait n’était pas illégal. Le rapport poursuit :

"Les arguments de Red Bull en défense : Red Bull a fait valoir que
1. "Toute" ne signifie pas "tous". (toute voiture ne signifie pas toutes les voitures, ndlr)
2. L’Article 48.13 du Règlement Sportif stipule que le message ’la Safety Car rentre ce tour’ est le signal qu’elle entrera dans la voie des stands à la fin de ce tour.
3. Que par conséquent l’article 48.13 "prévaut" sur l’article 48.12.
4. L’article 15.3 donne au directeur de course une ’autorité prépondérante’ sur ’l’utilisation de la voiture de sécurité’.
5. Que même si toutes les voitures qui avaient été doublées (8 au total, dont 5 ont été autorisées à dépasser la voiture de sécurité), cela n’aurait pas changé le résultat de la course."

Un article du règlement sportif qui clôt l’affaire ?

Michael Masi a aussi eu son mot à dire dans cette audience :

"Le directeur de course a déclaré que le but de l’article 48.12 était de retirer les voitures doublées qui ’interféraient’ dans la course entre les leaders et que, selon lui, l’article 48.13 était celui qui s’appliquait dans ce cas. Le directeur de course a également déclaré que toutes les équipes étaient convenues depuis longtemps que, dans la mesure du possible, il était hautement souhaitable que la course se termine dans un état "vert" (c’est-à-dire sans voiture de sécurité)."

L’Article 15.3 est une vraie épine dans le pied de Mercedes si l’équipe veut faire appel. En effet, celui-ci stipule : "Le Directeur de course a une autorité prépondérante sur l’utilisation (...) de la voiture de sécurité." Une sorte de "super-article" qui donne une autorité discrétionnaire à Masi semble-t-il.

Conclusions des Commissaires Sportifs :

Les Commissaires Sportifs considèrent que la réclamation est recevable.

"Après examen des différentes déclarations faites par les parties, les Commissaires Sportifs déterminent :

 Que l’article 15.3 permet au directeur de course de contrôler l’utilisation de la voiture de sécurité, qui dans notre détermination comprend son déploiement et son retrait.

 Que bien que l’article 48.12 n’ait pas été pleinement appliqué, en ce qui concerne le retour de la voiture de sécurité aux stands à la fin du tour suivant, l’article 48.13 l’emporte et une fois le message "Safety Car in this lap" a été affiché, il est obligatoire de retirer la voiture de sécurité à la fin de ce tour.

 Que nonobstant la demande de Mercedes que les commissaires sportifs remédient au problème en modifiant le classement pour refléter les positions à la fin de l’avant-dernier tour, c’est une étape que les commissaires estiment raccourcir effectivement la course de manière rétrospective et, par conséquent, cela n’est pas approprié."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less