Ocon évoque son année compliquée comme réserviste de Mercedes F1 en 2019

Le Français a notamment pris un coup au moral en arrivant à Melbourne

Recherche

Par Paul Gombeaud

18 mai 2022 - 18:37
Ocon évoque son année compliquée (...)

Fin 2018, Esteban Ocon perdait sa place de titulaire chez Racing Point au profit de Lance Stroll. Il passait ainsi la saison 2019 sur la touche en tant que réserviste chez Mercedes F1, année durant laquelle le Français a visiblement connu des moments difficiles.

Ce fut notamment le cas lors de la manche inaugurale à Melbourne. Présent dans le paddock, Ocon se voyait expliquer par Mercedes F1 qu’il n’aurait pas la possibilité de piloter la monoplace avant plusieurs mois.

"C’était vraiment difficile," a indiqué Ocon au sujet de cette année sur la touche.

"J’ai connu des moments compliqués sur le plan mental. Je me souviendrai notamment de l’Australie. Je m’y étais rendu à l’occasion de la première course en 2019 et nous étions censés avoir un programme riche en essais, je m’attendais donc à piloter la voiture à plusieurs reprises."

"Mais arrivé en Australie, on m’a dit que je n’allais pas piloter la voiture durant les six prochains mois. Le prochain test était prévu six mois après."

"C’était planifié ainsi, et malheureusement le nombre de jours a été réduit pour des raisons financières notamment, ce qui était parfaitement compréhensible."

"Le plus important est de favoriser l’équipe de course et donc de converser le budget dans cette optique. Mais je prenais un coup, c’est certain."

"Je me souviens avoir quitté le circuit de Melbourne pour retourner à ma voiture de location, et j’ai pleuré sur le parking. Il y a eu beaucoup de moments difficiles."

"Je n’ai généralement aucun problème pour trouver le sommeil, mais je me souviens que ce fut plus compliqué cette nuit là."

Si cette année en tant que réserviste fut douloureuse, Ocon insiste sur le fait qu’il fut pleinement soutenu par ses dirigeants, notamment Toto Wolff.

"Ils se sont très bien occupés de moi et m’ont aidé à trouvé des solutions. Toto était très clair, il m’a dit ’tu piloteras en 2020’, et je lui répondais ’comment peux-tu en être aussi sûr Toto’ ?"

"Et il m’a dit ’tu verras.’ Je ne voulais pas le croire, car je ne voulais pas être déçu."

"Mais à plusieurs reprises, lorsqu’il parlait de quelque chose, ça finissait par arriver. J’ai en effet obtenu un volant en 2020, pas chez Mercedes mais chez Renault, et c’était un nouveau départ pour moi."

Alpine F1 Team - Renault

Info Formule 1

Photos

Vidéos