Formule 1

‘Nous étions Goliath avant de devenir David’ : Brawn revient sur le ‘conte de fées’ de 2009

Les ressources de Honda, le succès de Brawn GP

Recherche

Par A. Combralier

14 juillet 2019 - 14:49
‘Nous étions Goliath avant de devenir (...)

Il y a une décennie, Brawn GP écrivit l’une des pages les plus étonnantes de l’histoire de la F1 : cette petite structure, née des décombres de l’écurie Honda F1 après la récession mondiale, étonna le paddock en dominant Ferrari, McLaren, Red Bull et consorts… avec pourtant un budget bien moindre que la concurrence. La solution originale du double diffuseur fut décisive dans ce succès, qui mena Jenson Button vers le titre mondial.

Brawn GP, est-ce donc le plus beau conte de fées de l’histoire de la F1 ? Interrogé dans le podcast Beyond The Grid, Ross Brawn, actuel manager des sports mécaniques pour Liberty Media, et forcément ancien dirigeant de l’équipe, a pourtant remis les choses en perspective : en réalité, la petite Brawn fut développée grâce aux immenses ressources de feu l’équipe Honda…

« A certains égards, oui, c’était un conte de fées. Mais ce n’est pas arrivé comme cela, mais pour des raisons bien précises. Beaucoup d’investissements avaient été apportés à cette voiture, notamment par Honda. Nous étions une petite équipe en elle-même, mais l’équipe qui avait développé cette voiture, était immense, peut-être l’une des plus grandes, mais elle a ensuite disparu. Puis une petite structure a été créée pour la faire courir. En réalité, nous étions Goliath avant de devenir David. »

« Oui, c’était tout de même un conte de fées. Le contraste, entre novembre 2008, quand Honda a voulu se retirer, et la victoire lors de la première course à Melbourne, en mars… c’est assez difficile à décrire. »

Après la décision de Honda de se retirer du sport, Brawn GP aurait pu ne pas participer du tout à la saison 2009.

« Vers Noël, nous avons réalisé que si nous voulions survivre, il faudrait y arriver par nous-mêmes. Il faut rendre hommage à la F1, quand la crise économique a frappé… A ce moment, nous ne pouvions survivre sans avoir un moteur. Mercedes comme Ferrari nous avaient proposé de fournir un moteur. Le moteur Mercedes rentrait dans la voiture plus facilement que le Ferrari. Donc il faut remercier ces deux entreprises, qui ont bien voulu nous soutenir dans notre situation d’alors. »

C’est aux essais hivernaux de Barcelone que Ross Brawn a réalisé que la monoplace blanche serait d’une performance incroyable…

« C’était bon dès la première semaine des essais hivernaux. Les gars qui avaient mené leurs propres analyses, ont réalisé que nous étions deux secondes plus rapides que nous l’avions prévu ! Deux secondes, c’était une avance assez convenable sur le reste du plateau. »

Brawn GP se fondait sur les bases d’écuries plus anciennes, comme BAR ou même Tyrrell… Ce qui a donné quelques idées à Ross Brawn à l’époque.

« Nous avons envisagé d’appeler l’équipe Tyrrell. Et nous avons songé à d’autres noms un peu bizarres aussi ! »

Au fur et à mesure de la saison, Brawn GP a cependant baissé pavillon, et Red Bull est notamment revenue dans la course au titre. En réalité, le rééquilibrage des performances était inévitable, conclut Ross Brawn.

« Nous étions vulnérables, car il était facile pour les autres équipes de copier notre concept. Nous n’avions pas de ressources pour développer la voiture. Nous n’avions eu que des évolutions modestes en raison de notre budget qui l’était tout autant. Nous dépensions aussi peu que possible, nous étions aussi prudents que possible. »

Honda

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less