Formule 1

Norris : L’an dernier, j’étais ‘l’homme qui dit oui’

Il a appris à dire non à ses ingénieurs

Recherche

Par A. Combralier

15 mars 2020 - 14:50
Norris : L’an dernier, j’étais ‘l’homme

Lando Norris est connu pour être un pilote détendu, souriant, voire apaisant dans le paddock ; mais il a aussi déjà confié qu’il se mettait personnellement beaucoup de pression sur lui-même.

Invité du podcast « Beyond the Grid », le pilote McLaren en a dit plus sur cette approche, qu’il estime de toute façon indépassable en F1. Mais ressent-il cette année autant de pression que l’an dernier ?

« La pression est différente. Il y a moins de pression sur moi, sur l’équipe, car l’an dernier, je m’étais mis beaucoup de pression, parce que je ne savais pas comment j’allais performer lors des premières courses. Mais ces premières courses m’ont donné beaucoup de confiance. »

« Maintenant, je sais à quoi m’attendre, je n’ai plus à me mettre autant de pression. Je me sens bien mieux, mais dans le même temps, il y a toujours de la pression, car vous êtes toujours un pilote de F1, vous travaillez pour McLaren. J’ai plus de confiance en moi. Il faut s’y habituer, jusqu’à ce que ça devienne la norme, que vous ne la ressentiez plus vraiment. »

Grâce à cette confiance en soi, Lando Norris dit avoir progressé en particulier au niveau de la compréhension des réglages… au point de s’estimer assez légitime pour dire, enfin, « non » à ses ingénieurs.

« C’est bien mieux de ce côté, car les F1 sont incroyablement compliquées. Je comprends mieux comment la voiture opère, car il y a toujours une petite fenêtre dans laquelle la voiture fonctionne bien, qui varie selon les circuits. Vous comprenez comment il faut régler la voiture, comment il faut la piloter. Je pense que j’ai progressé dans ma compréhension des réglages : je peux maintenant dire, OK, il faut essayer cela… »

« L’an dernier, j’étais l’homme qui disait oui à tout… oui à ce que me disaient mes ingénieurs. Cette année, déjà, lors des essais de pré-saison, quand on me disait, Lando, rentre au box, je disais ‘Non !’ Et je me sentais mal ! Je faisais un autre tour, car j’avais un meilleur ressenti sur ces réglages, je voulais essayer cette chose ou une autre. Donc pour le bien de tout le monde, pour mon bien, je suis plus exigeant sur ce que je veux faire et réaliser. Ce n’est pas parce que je suis arrogant, mais parce que c’est mieux pour tout le monde. »

Au détour d’une anecdote, Lando Norris a expliqué en quoi consistait plus précisément son approche méticuleuse pour trouver les bons réglages…

« Si je fais le ménage, je m’y mets, et je ne peux m’arrêter une fois que j’ai nettoyé absolument partout. Pour une F1, c’est pareil. Si on me dit que j’ai du sous-virage, alors, changer l’angle de l’aileron de quelques millimètres peut faire une immense différence, il faut donc rentrer dans tous les détails. Donc quand je fais le ménage, une fois que j’ai commencé, je peux y passer toute la nuit jusqu’à trois heures du matin, je ne peux pas m’arrêter et me dire, allez, je remets à demain. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less