Formule 1

Newey : Une ’coïncidence’ que Red Bull progresse depuis son retour

L’Anglais assiste l’équipe sur le plan opérationnel

Recherche

Par Emmanuel Touzot

11 novembre 2021 - 14:15
Newey : Une ’coïncidence’ que Red (...)

Adrian Newey est de retour dans les garages de Red Bull ces dernières semaines, alors que l’équipe joue les deux titres mondiaux. L’ingénieur, qui s’est beaucoup occupé du design de la F1 2022 cette saison, vient apporter son renfort, mais nie que sa présence ait joué un rôle dans les progrès de Red Bull ces dernières semaines.

"C’est très gentil, mais c’est surement une coïncidence. J’adore être ici !" a déclaré Newey dans le podcast F1 Nation. "Je suis content d’être de retour, ça m’avait manqué. J’espère apporter quelque chose, mais c’est une grande équipe. J’essaie de combler les failles que je vois."

Newey confirme qu’il participe activement à l’opérationnel de l’équipe sur les circuits, notamment dans la stratégie : "Il y a tellement de petites choses quand on est sur le circuit, les décisions sur les détails de la configuration, comment nous utilisons les pneus, etc."

"A Austin, nous avons eu des inquiétudes de fiabilité sur l’aileron avant qui s’est échouée, au Mexique, nous avons eu une frayeur avec l’aileron arrière en qualifications après les EL3. Les voitures de course ne sont pas fiables à 100%, elles posent sans cesse des problèmes."

Newey est revenu sur les problèmes de fiabilité de Red Bull au niveau de l’aileron arrière. L’équipe n’a pas changé ses ailerons et a rafistolé ceux qui étaient sur les voitures, car ils présentaient des faiblesses liées aux vitesses de pointe atteintes et à leur configuration.

"Nous avons eu des problèmes au Texas qui n’avaient rien à voir avec ceux du Mexique. C’était l’aileron que nous utilisions normalement à Monaco et en Hongrie, mais en raison de la faible densité de l’air, tout le monde utilise l’appui maximum au Mexique."

"Le fait d’atteindre la vitesse maximale signifie que l’aileron supporte plus de charge qu’en Hongrie, et c’est ce qui nous a fait défaut. Le fait de comprendre cela et de faire des modifications hâtives entre les EL3 et les qualifications a heureusement semblé suffire."

Red Bull joue le titre cette année après sept saisons de purgatoire, mais Newey pense que les châssis de l’équipe avaient le niveau pour viser la couronne mondiale par le passé durant l’ère hybride.

"Pour être juste envers nous-mêmes, nous avons eu un châssis qui a été très très compétitif depuis 2014, mais nous n’avions pas l’unité de puissance qui allait avec. Cette année, nous avons un moteur au niveau avec Honda."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less