Newey a évité des séquelles l’an dernier lors de son accident

Il s’était fait opérer à Londres grâce à Bernie Ecclestone

Recherche

Par Emmanuel Touzot

25 juin 2022 - 09:07
Newey a évité des séquelles l'an (...)

Adrian Newey a donné des détails sur l’accident de vélo qu’il a subi l’an dernier, lors duquel il avait failli avoir de lourdes séquelles physiques. Après avoir fait une chute de près de deux mètres sur des rochers lors de vacances en Croatie, il était allé à l’hôpital le lendemain.

"Les trois sages sont apparus au pied de mon lit, un neurochirurgien, un maxillo-facial et l’anesthésiste" se souvient Newey.

"Pour l’œil, on m’a dit qu’ils devaient agir rapidement, sinon l’os aurait pu sectionner le muscle oculaire, et je perdais le mouvement de l’œil."

Mais Newey était resté en Croatie et les médecins ne l’ont pas rassuré lorsqu’il a demandé ce qu’il risquait à se faire opérer : "J’ai demandé ’quel est le risque d’endommager l’oeil ?’, on m’a répondu ’aucun risque’. ’Un risque de dommages au cerveau ?’ ’pas beaucoup’. J’ai demandé un pourcentage, et l’on m’a dit 5 à 10%. A ce moment-là, j’ai dit à ma femme de me sortir de là."

Il est alors rentré à Londres, où il a été pris en charge par un chirurgien que lui a trouvé Bernie Ecclestone. Moins d’un mois après, Newey était de retour sur les circuits, sans avoir suivi les précautions d’usage : "Je suis suffisamment têtu comme une mule pour que cela ne change pas grand-chose."

Une carrière atypique dont il est fier

Newey est également revenu sur sa longue carrière en Formule 1, et notamment sur son passage chez Red Bull au milieu des années 2000, après avoir connu le succès pour des teams comme Williams et McLaren.

"Quand j’ai rejoint Red Bull, les gens pensaient que c’était un suicide professionnel. Et c’est le plus satisfaisant car, avec Christian [Horner, directeur de Red Bull], nous l’avons fait passer des cendres de Jaguar à ce que nous voulions."

Newey a dessiné plusieurs monoplaces championnes du monde et a travaillé avec de nombreux champions du monde, comme Ayrton Senna, Mika Häkkinen, Sebastian Vettel ou encore Max Verstappen. Il ne veut toutefois pas se lancer dans un jeu hasardeux de comparaison.

"Il est injuste de comparer des pilotes d’époques légèrement différentes, mais Max fait partie des meilleurs. Je pense que cette image du pilote agressif est exagérée. Peut-être que dans ses premières courses en F1, il était assez agressif, mais la saison dernière, c’était injustifié. Il est très calme en général, très mesuré, il a des réflexes extraordinaires et c’est un plaisir de travailler avec lui."

Newey a en tout cas connu des pilotes aux méthodes très éloignées, entre un Vettel qui analysait ses débriefings pendant des heures, et un Häkkinen très concis : "Mika ne disait pas grand-chose et il fallait parfois traduire ce qu’il disait, mais si vous traduisiez correctement ces 10 mots, ils étaient très perspicaces

"Les grands pilotes, et je placerais Max dans cette catégorie, savent ce qu’ils veulent de la voiture, ils savent comment communiquer avec leur ingénieur de course sur ce qu’ils veulent, et comment l’obtenir."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos