Monaco reconnait que son GP doit évoluer pour rester au calendrier F1

Le Prince se veut confiant et imagine aussi devoir payer plus cher

Recherche

Par Olivier Ferret

25 mai 2022 - 11:03
Monaco reconnait que son GP doit (...)

Le Prince Albert II de Monaco est convaincu que la Principauté conservera son emblématique Grand Prix de Formule 1.

Alors que le propriétaire de la F1, Liberty Media, s’étend dans le monde sur de nouveaux circuits, notamment dans des villes comme Miami et Las Vegas, il est devenu clair que même les courses les plus historiques du sport comme Monaco ne sont plus à l’abri de disparaitre.

"Si Monaco était un nouveau circuit qui arrivait au calendrier maintenant et qu’ils disaient ’On veut avoir le prix du plateau le plus bas et vous ne pourrez pas dépasser’, cela ne serait jamais accepté," avait lancé le patron de l’équipe Red Bull, Christian Horner récemment

"Si vous restez immobile, vous reculez, et je pense que cela s’applique à tous les aspects du sport."

Le contrat actuel de Monaco en F1 expire après la course de dimanche, L’Equipe affirmant que "des négociations sont en cours pour une prolongation de trois ou cinq ans".

Le prince Albert II de Monaco estime que "notre histoire parle pour nous" lorsqu’on évoque les nouveaux Grands Prix "glamour" de Miami et Las Vegas, signés pour 10 ans.

"Je ne pense pas qu’une annonce du renouvellement de contrat avec Liberty se fasse à l’occasion du GP ce week-end. Nous avons jusqu’à la fin de l’année pour conclure."

"Je pense que l’on va aboutir. J’en suis même sûr. Bien sûr, ça ne se fera pas aux conditions du passé. C’est tout à fait normal. Il faut accepter cela. Il y a une petite négociation à avoir, mais je suis très confiant"

Il a reconnu la nécessité de changements - notamment pour pimenter le spectacle en piste.

"Il va falloir travailler avec Liberty et la F1, voir comment on peut continuellement s’adapter, améliorer le circuit et les infrastructures pour être toujours performant et pouvoir toujours accueillir au mieux la F1."

Élargir le circuit, "ça va être compliqué. Je pense que l’on va devoir s’asseoir tous autour d’une table. Pas uniquement l’Automobile club de Monaco, le gouvernement et les dirigeants de la F1, mais aussi les pilotes, et des techniciens, des ingénieurs, pour voir ce que l’on peut envisager. Sous réserve que cela n’entraîne pas des dépenses exorbitantes…"

Le patron de l’équipe Alfa Romeo, Frédéric Vasseur, admet que "c’est sûr que Monaco est important pour nous."

"Nous savons parfaitement que c’est un Grand Prix historique. Mais en fin de compte, leur prolongation devra venir de leurs efforts car ils ne peuvent pas rester à l’ancienne continuellement. Et je ne pense pas seulement à Monaco. C’est une bonne leçon pour tous les Grands Prix."

Le prince Albert II de Monaco est toutefois assez confiant.

"Les responsables de la F1 ont répété assez souvent qu’ils n’imaginaient pas une saison sans le GP de Monaco (...) Je pense que la F1 a besoin de Monaco. Je ne veux pas paraître présomptueux en m’exprimant ainsi, parce qu’il est tout aussi vrai que Monaco a également besoin de la F1. En tout cas, il est de l’intérêt de toutes les parties de voir Monaco continuer à être cette vitrine exceptionnelle non seulement du sport automobile en général mais aussi
de la F1 en particulier."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos