Formule 1

Mercedes surfe sur le succès du DAS pour demander plus de liberté créative en F1

Alors que la F1 tend au contraire à rendre les règlements plus restrictifs

Recherche

Par A. Combralier

10 avril 2020 - 17:48
Mercedes surfe sur le succès du DAS (...)

John Owen, le designer en chef chez Mercedes, a été un de ceux ayant appliqué l’idée du DAS sur la nouvelle monoplace argentée, qui a tant fait parler d’elle aux essais de Barcelone. Même les concurrents de Mercedes se sont dit épatés par l’ingéniosité technique de l’instrument ; et les fans ont également réservé un accueil marquant à ce DAS, certains craignant tout de même que Mercedes écrase la saison.

Pour John Owen, cet accueil critique est le signe, de la part du grand public, qu’il existe une forte demande d’innovation technologique en F1 ; c’est aussi, pour lui, une manière de répondre à tous les partisans d’une forte standardisation de la discipline…

« Ce que le système DAS a prouvé, c’est qu’il y a certainement un désir en Formule 1 pour beaucoup de ces innovations, qui vous font voir soudainement le pilote déplacer le volant différemment de tous les autres pilotes ; et alors il se passe quelque chose que l’on n’attendait pas. »

« Nous voulons voir l’innovation se poursuivre et c’est peut-être ce qui manque, cette innovation visuelle dont les gens peuvent parler et s’enthousiasmer. »

« Il y a beaucoup de choses sur la Mercedes 2020 qui constituent de grandes innovations, mais aucune dont nous voulons vraiment parler, parce qu’elles représentent un avantage compétitif important pour nous. »

« Mais il y en a une qui est manifestement très visuelle et dont on parle beaucoup, le DAS, et le sport serait meilleur s’il y avait beaucoup plus de sujets de discussion de ce genre. Cela susciterait beaucoup plus d’intérêt pour lui. »

John Owen plaide ainsi, comme Adrian Newey qui avait eu des mots forts en ce sens, pour que la réglementation laisse plus de liberté aux ingénieurs ; rappelons que le prochain règlement de la F1 empruntera la direction inverse, pour rapprocher les performances…

« Si les règles étaient plus ouvertes, les gens diraient : regardez l’innovation. Ils se tournent vers les années 1970, peut-être à l’époque où les voitures avaient six roues au lieu de quatre. »

« Le DAS est une innovation très visuelle, et c’est une question de diversité, car les voitures ont l’air vraiment diverses dans leur apparence.

« Vous verrez qu’en fait, il y a une énorme diversité entre les différentes voitures. C’est juste que les gens ne la voient pas vraiment, une grande partie se trouvant sous la carrosserie. Et elles sont vraiment, vraiment différentes, il y a beaucoup d’innovations. Cela ne se voit juste pas de manière très ostentatoire – pas comme si vous avez six roues. »

Mais il y a une limite à tout, et Owen se dit bien sûr en faveur d’une certaine réglementation bridant la créativité déchaînée des ingénieurs…

« Tout d’abord, s’il n’y avait pas de règles, les voitures seraient impossibles à conduire et les pilotes n’auraient pas conscience de ce que nous serions capables de faire avec cette technologie. »

« Les règles sont donc là pour maintenir les voitures dans un état sûr et opérationnel pour les humains. Les gens parlent de prendre 5G dans les virages, vous pourriez probablement arriver à 10-12 si vous le vouliez sans règles, et ce ne serait pas le genre de voitures que l’on pourrait conduire. »

« Ce serait ridicule. Vous devez avoir des règles. »

Au-delà, l’interrogation d’Owen portera chacun à se demander ce que le grand public recherche en F1 : est-ce le spectacle ou l’innovation ? Trop innover ne conduit-il pas à tuer le suspense en week-end de Grand Prix ?

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less