Mercedes F1 vise à donner plus de confiance à Russell et Hamilton au volant

La monoplace reste encore traitre pour les deux pilotes

Recherche

Par Paul Gombeaud

23 septembre 2023 - 07:38
Mercedes F1 vise à donner plus de (...)

Il y a moins d’une semaine à Singapour, George Russell perdait un podium qui lui semblait acquis en partant à la faute dans le tout dernier tout du Grand Prix. Mais Mercedes F1 a depuis grandement soutenu son pilote, comme l’explique à Suzuka Andrew Shovlin, le directeur de l’ingénierie en piste au sein de l’écurie allemande.

"Il était évidemment très contrarié lui-même à ce sujet. Il était plus abattu que n’importe qui d’autre. L’équipe a très bien travaillé avec lui, lui donnant une journée pour se reposer et se changer les idées. Mais il est revenu ici comme si de rien n’était. Mais vous savez, l’équipe commet des erreurs de temps en temps, tout comme les pilotes. Je ne pense pas qu’il recommencera. Même s’il est malheureux d’avoir perdu des points, il s’est mis dans une position qui lui permettait de se battre pour la victoire. Et c’était agréable de voir cela. Et c’était en fait un grand sentiment pour l’équipe, même si cela n’a pas duré aussi longtemps que nous l’aurions voulu. Mais on a vraiment senti que l’on se battait à nouveau pour la victoire."

Si Russell ne dispute que sa deuxième saison en tant que titulaire dans son écurie, cela fait en réalité longtemps qu’il travaille pour le giron Mercedes. Shovlin se rappelle d’ailleurs de l’arrivée du pilote à l’époque.

"Je pense que la première fois que nous l’avons fait rouler dans une voiture de F1, c’était lors de l’un des tests d’après-saison à Abu Dhabi. Et évidemment, peu importe d’où vous venez, c’est un grand saut. Il est passé de la F3 à la F1, et rien qu’en termes de contrôle de l’accélérateur, de capacité à s’occuper des pneus, de compréhension de ce qui est important, de cohérence, d’approche du départ et de la poursuite de la course sans prendre de risques ni faire d’erreurs, vous pouvez normalement voir les bons assez tôt. Il n’y avait donc aucun doute à ce sujet. Mais pour nous, le moment où l’on s’est rendu compte qu’il était assez impressionnant, c’est lorsque nous l’avons fait piloter alors que Lewis avait le Covid. Un travail formidable, beaucoup de choses à assumer, très peu de temps pour s’adapter à l’équipe et à la voiture. Et vous savez, il continue à s’améliorer et à devenir plus fort."

Pour en revenir à Singapour, l’ingénieur ne pense pas forcément que la W14 était la voiture la plus rapide en piste le dimanche.

"C’est difficile à dire, parce que pendant une grande partie de la course, tout le monde a été retenu, il y a eu différentes stratégies de pneus. Je pense que nous avions une voiture suffisamment proche pour nous battre pour la victoire. Je pense que si Norris n’avait pas été capable d’attraper le DRS de Sainz, nous l’aurions probablement fait. Et c’était bien de voir l’équipe stratégique faire des choix audacieux. Mais là où nous sommes tombés, par rapport à McLaren et Ferrari, tout cela m’a semblé assez normal pour être honnête. La grande différence, c’est que Red Bull n’était pas là, alors que c’est normalement le cas. Nous voyons ce weekend qu’ils sont revenus à leur niveau normal."

Hamilton a "ramené des points importants" pour Mercedes F1 en 2023

Lewis Hamilton a pour sa part affirmé que sa monoplace actuelle était particulièrement difficile à mettre dans la fenêtre idéale d’exploitation, Shovlin confirmant que Mercedes F1 a encore du pain sur la planche pour améliorer sa voiture.

"Nous avons fait beaucoup de travail pour essayer de résoudre certains problèmes sur cette voiture, pour nous assurer que nous ne les aurons pas l’année prochaine. Nous l’avons fait progresser, la voiture que nous avions auparavant, en 2022, qui avait tendance à être terriblement loin en qualifications, était généralement un peu plus performante en course. Les performances étaient très, très spécifiques au circuit. Nous avons donc amélioré certains aspects. Le gros problème, c’est que nous ne sommes tout simplement pas assez rapides. Nous devons donc trouver un bon niveau de performance pour défier Red Bull en particulier."

"Mais l’autre chose, c’est que le peloton est maintenant très serré. Si vous regardez les écarts que nous avions il y a 12 mois, vous pouvez avoir une position de qualification décente, vous pouvez être quatrième ou cinquième sur la grille, mais vous êtes à huit ou neuf dixièmes. Maintenant, si vous faites cela, vous finissez par être bousculé en Q1 ou en Q2. Il y a donc beaucoup de choses sur lesquelles nous devons travailler, et une partie du travail consistera certainement à s’assurer que nous pouvons donner aux pilotes la confiance dans la voiture qui leur fait défaut actuellement. C’est un domaine important. Nous avons quelques projets intéressants qui, je l’espère, aboutiront."

Le septuple champion du monde expliquait également qu’il avait peiné dernièrement en qualifications, plus que Russell tout du moins. Shovlin pens-t-il qu’il s’ait d’un problème spécifique pour le plus âgé des deux Britanniques ?

"Il a toujours été dans le coup le dimanche. Et c’est génial, parce qu’il a toujours été capable de ramener des points importants pour nous. La voiture est parfois un peu capricieuse. Si vous ne parvenez pas à la faire fonctionner correctement, vous pouvez finir par avoir du mal pendant la séance. Par ailleurs, il est si difficile de passer la Q1 et la Q2 de nos jours. Vous savez, il y a quelques années, nous ne faisions qu’un tour, au milieu de la séance, ce qui vous mettait à l’abri. Parfois, nous faisions deux séances avec un seul train de pneus. Et si vous n’obtenez pas le bon équilibre, si vous avez un peu de trafic, si vous ne pouvez pas faire le bon tour de sortie, toutes ces choses vous coûtent vraiment cher."

"C’est donc une combinaison de facteurs. Mais vous savez, le rythme de course a été bon. Cela signifie que la voiture est globalement là où vous avez besoin qu’elle soit, mais comprendre les pneus quand vous êtes sous pression, quand vous devez vous assurer que vous faites le tour dans la première session, c’est difficile et cela rend certainement le défi pour tout pilote qui n’est pas complètement à l’aise quand il se lance dans la Q1."

Si Red Bull a donc retrouvé son niveau de performance habituel ce weekend, où Shovlin situe-t-il son écurie en comparaison de Ferrari et McLaren à Suzuka ?

"Heureusement que ce n’est pas une course de vitesse, parce que nous avons du travail à faire ! Mais vous savez, nous n’avons pas changé la voiture en venant ici. Le circuit est unique, mais il n’est pas totalement inhabituel. Ce n’est pas comme Monaco ou d’autres. La logique veut donc que nous puissions probablement l’améliorer, essayer de la placer dans une meilleure fenêtre. C’est juste que nous n’avons pas trouvé un bon équilibre ici. Et c’est aussi un peu déroutant de passer d’un pneu à l’autre."

"Mais fondamentalement, il y a un peu de travail à faire sur les réglages, nous l’obtenons probablement sur la moitié des circuits. Nous atterrissons sur un circuit où nous devons adapter la voiture pour qu’elle fonctionne. Et encore une fois, cela rejoint ce que Lewis disait. Ce n’est pas une voiture facile à poser sur la piste, et elle fait tout ce que vous voulez : vous devez faire beaucoup de réglages. Mais notre bilan en la matière est plutôt satisfaisant depuis le début de l’année. Nous ferons donc le travail que nous faisons habituellement. L’équipe du simulateur est de retour à Brackley et elle va s’atteler à la préparation de la voiture, en espérant que nous ferons des progrès pour la suite."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos