Formule 1

Mercedes F1 n’a ‘pas totalement compris’ ses couacs de fiabilité mais…

Wolff et Brown ont peut-être l’explication…

Recherche

Par Alexandre C.

22 octobre 2021 - 21:28
Mercedes F1 n’a ‘pas totalement (...)

Cette fois, c’est sûr : l’unité de puissance Mercedes a des soucis de fiabilité. Valtteri Bottas aura ainsi son 6e moteur thermique de l’année (le troisième en quatre courses) et recevra une pénalité de 5 places sur la grille.

George Russell et Sebastian Vettel, pilotes motorisés par Mercedes, partiront aussi en fond de grille pour changements de pièces de moteur.

Toto Wolff ne le cache pas, Mercedes a des problèmes… Mais l’équipe les a-t-elle résolus ? Les a-t-elle même compris ? Pas tout à fait, ce qui peut inquiéter !

« Vous voyez, cette année, nous souffrons de la fiabilité, nous allons sur le sixième moteur pour Valtteri et ce n’est pas quelque chose que nous choisissons de faire. »

« Nous essayons vraiment de surmonter ces problèmes et nous n’avons pas tout compris. Je pense que nous avons fait un pas en avant maintenant, donc ce n’est pas toujours facile d’être confortable et à l’aise avec les moteurs. »

« Nous nous accrochons au maximum pour fournir aussi tous les clients - ce n’est pas trivial. »

Pourquoi ces problèmes ? Christian Horner suggère qu’en baissant sa hauteur de caisse pour gagner en finesse aérodynamique, Mercedes aurait pu endommager sa fiabilité.

Toto Wolff confirme-t-il ?

« Je ne voudrais pas révéler ce dont il s’agit pour des raisons évidentes mais c’est toujours une préoccupation, quand vous regardez Monza par exemple, Valtteri a dû partir de l’arrière et nous perdons des points en route. »

Il semble qu’une autre thèse de Red Bull - Mercedes est amenée à pousser plus ses moteurs au vu de la concurrence - soit plus probable. Surtout si l’on compare la fiabilité de Mercedes avec celles d’Aston Martin F1, McLaren ou Williams, ses clients. Wolff semble aussi avancer vers cette thèse...

« Nous essayons de pousser la performance chaque année et cette année nous sommes arrivés à un stade où cela nous a coûté des points. Mais au cours des sept ou huit dernières années, cet état d’esprit nous a fait gagner des courses et des championnats. »

« J’aurais espéré avoir moins de pénalités et utiliser moins de moteurs, mais cette année, nous avons été durement touchés et McLaren et Aston Martin ont eu plus de chance à cet égard. »

« Nous devons juste prendre les choses en main et faire le meilleur travail possible. »

Wolff réfléchit à une autre pénalité pour Lewis Hamilton

Une pénalité moteur pour Lewis Hamilton sur un autre Grand Prix aurait bien sûr d’autres conséquences qu’une pénalité pour Valtteri Bottas, sur la lutte au championnat.

Le Britannique est-il plus à l’abri selon son directeur d’écurie, après avoir déjà pourtant pris une pénalité de 10 places à Istanbul ?

« Je ne peux pas dire si nous allons en prendre une et quel est le pourcentage de chance, mais évidemment le risque est toujours présent. »

« Ce qui est difficile à évaluer, c’est de savoir si l’on veut anticiper la situation, prendre une autre pénalité et encaisser le coup, ou si l’on veut vraiment courir et risquer un abandon.

« C’est une discussion qui a lieu en ce moment même et nous n’avons pas encore trouvé les bonnes réponses. »

Et du côté de McLaren ?

Chez McLaren, et plus particulièrement du côté de Zak Brown, le PDG de McLaren Racing, on va dans le sens de la thèse de Toto Wolff : si Mercedes a plus de problèmes de fiabilité, c’est parce que face à Red Bull, l’équipe allemande pousse plus son unité de puissance.

« Il y a une grande compétition, donc quand vous poussez, c’est toujours un défi de fiabilité. »

« Mais je dois dire que du point de vue de McLaren, nous sommes très heureux. Ils ont un incroyable palmarès, donc nous ne sommes pas inquiets. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less