Mercedes F1 n’a pas besoin d’un ‘miracle’ pour recoller selon Wolff

Cela arrivera naturellement avec le temps

Recherche

Par Alexandre C.

21 juillet 2022 - 15:48
Mercedes F1 n'a pas besoin (...)

Toto Wolff répétait de saison en saison, du temps de l’apogée de Mercedes, que le succès n’était jamais acquis et que du jour au lendemain, l’équipe pouvait se retrouver en difficulté. Ce moment est arrivé en 2022.

Le directeur de l’équipe allemande vit-il une saison compliquée, sportivement et moralement, alors que Mercedes ne lutte pas encore pour une victoire à la régulière ?

Toto Wolff est cependant amené à relativiser cette situation aujourd’hui.

« Je ne pense pas que ce soit un défi dans un sens, parce que j’ai eu des moments beaucoup plus difficiles dans toute ma vie, pas particulièrement en Formule 1, mais c’est en fait dans ma zone de confort. Je dirais que j’aime me tromper, car c’est la base de mon succès futur à long terme. »

« Nous avons gagné huit championnats du monde consécutifs, ce qui n’a été fait dans aucun autre sport. Et je pense savoir pourquoi. »

« Beaucoup de choses se conjuguent pour rendre les choses plus difficiles en ce moment, mais au bout du compte, tout se résume à la physique, et nous nous sommes trompés dans la physique. Nous sommes toujours le même groupe de personnes avec la même ambition, la même énergie, les mêmes outils, le même financement. Nous devons peut-être faire quelques ajustements ici et là, car la psychologie joue un rôle important, mais je crois que cette équipe a tout ce qu’il faut pour réussir, sans pour autant se sentir privilégiée. Je veux que ce soit une erreur et non une phase à plus long terme d’incapacité à être compétitif à l’avant. »

Si Toto Wolff a aussi de l’espoir, c’est qu’il sait que les écarts pourraient naturellement se réduire avec la loi des rendements décroissants d’année en année. Mais Mercedes pourra-t-elle y arriver avec son concept actuel de F1 zéro pontons ?

« Je ne pense pas que ce concept de voiture aura miraculeusement une seconde d’avance sur tout le monde à la fin de la saison, mais je pense que nous pouvons nous estimer heureux si nous avons rattrapé notre retard. »

« Fondamentalement, la hiérarchie va se regrouper avec des rendements décroissants - dans ce secteur, cela a toujours été le cas - donc il y aura une lutte à trois ou peut-être plus d’équipes qui se disputeront la victoire à la fin de la saison. »

Il n’en reste pas moins que ce concept n’a pas tenu ses objectifs cette année, notamment à cause du marsouinage sous-évalué. La soufflerie de Brackley est-elle en cause ?

« On pourrait dire que le marsouinage est systématique si toutes les équipes s’étaient trompées, mais ce n’est pas le cas. Nous sommes derrière Red Bull et Ferrari, ce qui signifie qu’ils se sont plus ou moins trompés que nous et donc tout revient à la physique : pourquoi avons-nous prévu que ces voitures rouleraient si bas ? »

« Nous générons beaucoup d’appui aérodynamique dans le tunnel en les faisant rouler plus bas, évidemment avec l’effet de sol, mais en réalité vous ne pouvez pas les faire rouler aussi bas parce que vous frappez le sol. Cela signifie que nous devons redévelopper les voitures, ce que d’autres n’ont pas eu à faire parce qu’ils n’ont jamais eu la voiture en question, et c’est un exercice d’ingénierie que nous comprenons maintenant. »

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos