Mercedes F1 explique le timing stratégique de Hamilton à Monaco

Une trop grande prudence par peur de perdre des positions

Recherche

Par Emmanuel Touzot

4 juin 2022 - 12:18
Mercedes F1 explique le timing (...)

Au début du Grand Prix de Monaco, les pilotes moins bien placés ont rapidement fait le pari des pneus intermédiaires après un départ en gommes pour la pluie. Cela a notamment permis à Pierre Gasly, qui s’est arrêté peu après le départ, de dépasser plusieurs pilotes dont Daniel Ricciardo.

Chez Mercedes F1, il a fallu attendre 15 tours pour que Lewis Hamilton, alors bloqué derrière une Alpine, s’arrête chausser des pneus intermédiaires. Une décision tardive qui n’a pas aidé le septuple champion du monde à remonter. Andrew Shovlin, le directeur de l’ingénierie en piste, explique ce choix.

"Tout dépendait de ce qui se passait derrière Lewis sur la piste, et il n’a jamais vraiment eu une fenêtre d’arrêt claire" a déclaré Shovlin. "S’il avait eu une fenêtre claire, nous l’aurions certainement fait plus tôt, et nous savions que les intermédiaires seraient performants."

"La question était de savoir si une voiture en intermédiaires pouvait dépasser une voiture en pneus pluie. Et nous avons vu avec Lewis et avec Esteban, quand nous avons finalement opté pour cela, que c’était une chose très difficile à faire."

Dans l’autre Mercedes, George Russell a attendu le 21e tour pour repasser par les stands, et le Britannique a directement chaussé les pneus slicks après avoir roulé en pneus pluie tout au long de son premier relais. Shovlin explique pourquoi Russell n’est pas passé par les pneus intermédiaires.

"La réalité était les voitures autour d’eux et ce qu’était leur situation de course. Avec George, s’il avait fait ça, il aurait perdu deux positions sur la piste et, à Monaco, vous ne voulez pas perdre ces positions parce que, si vous ne pouvez pas passer, il n’y a aucun moyen de les récupérer."

"Avec Lewis, c’est vraiment que nous n’avions rien à perdre. Nous pouvions voir que les Alpine allaient essayer de passer des pneus pluie aux slicks avec Alonso, alors nous avons décidé d’essayer. Tout dépendait de la capacité de Lewis à récupérer la position qu’il allait perdre au profit d’Esteban."

"Cela dépendait aussi de ce qu’il y avait à gagner en étant capable de faire des temps plus rapides avec ces pneus intermédiaires, mais tout dépendait des situations différentes entre les voitures, et de qui perdrait le plus de places en faisant un arrêt supplémentaire."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos