Mercedes F1 est dans un ‘no man’s land’ pour Wolff et a dû ‘expérimenter’

Derrière Ferrari et Red Bull, devant le peloton

Recherche

Par Alexandre C.

21 mars 2022 - 07:55
Mercedes F1 est dans un ‘no man's

Mercedes compte 27 points d’avance aujourd’hui sur Red Bull au classement des constructeurs : dit comme ça, le bilan peut paraître flatteur pour l’équipe championne du monde… mais bien entendu, en performance pure, la Mercedes était la 3e force du plateau, assez loin derrière Ferrari et Red Bull.

« 5e et 6e, ç’aurait été des positions représentatives de notre situation actuelle » admet Toto Wolff après le premier Grand Prix 2022 à Bahreïn.

Pour Toto Wolff, le bilan à court terme est satisfaisant : Mercedes a bien limité les dégâts ; mais à moyen terme, c’est l’inquiétude : il ne peut pas dire pour le moment que Mercedes est en lutte pour conserver son titre constructeurs avec une W13 à ce niveau. Loin de là.

« Il est trop tôt pour regarder le championnat et la situation au classement aujourd’hui. »

« Si vous regardez la hiérarchie aujourd’hui, il semble très difficile d’envisager de se battre pour l’un des championnats. Mais si regarde seulement le week-end de course, nous avons probablement marqué le maximum de points que nous pouvions avoir. Et nous devons poursuivre sur cette lancée. »

« Chaque week-end compte et, pour le moment, ce sont des événements qu’on essaie d’isoler, parce que, de manière réaliste, quand vous êtes la troisième meilleure équipe, vous ne pouvez pas penser à la victoire. »

Sur le plan stratégique non plus, la performance de Mercedes n’est pas satisfaisante : par exemple pourquoi avoir chaussé des durs sur Lewis Hamilton puis sur George Russell, alors que ces C1 étaient manifestement peu performants ?

Toto Wolff l’explique par la situation de no man’s land dans laquelle se trouve Mercedes en performance pure.

« Mettre le dur, c’était mettre la main dans les toilettes (sic), tenter quelque chose et c’était vraiment une seconde perdue à chaque tour, OK, leçon apprise ! »

« D’une certaine manière, c’était une nouvelle situation pour nous tous parce que nous étions quelque part dans un no man’s land entre la 4e et la 6e place. »

« Donc vous pouvez expérimenter davantage. Et je pense que faire l’expérience avec les pneus durs en valait la peine - c’était très différent de toutes les autres stratégies des pilotes de tête, et évidemment, ça n’a pas du tout marché. Donc plus de kilométrage, plus de tours, plus d’apprentissage. »

Mercedes a seulement été compétitive dans les premiers tours, en tendres, rajoute Toto Wolff.

« On pouvait alors tenir le rythme, si ce n’est aller plus vite que certains des gars, mais en médiums, nous n’étions pas vraiment en mesure d’extraire la performance. »

Pour Djeddah, pas de miracle à attendre : il n’y aura pas de solution rapide à déployer, en attendant un autre pack aérodynamique.

« C’est cette semaine déjà. Il est plus facile de réduire la traînée de la voiture parce qu’il suffit de prendre une tronçonneuse et de couper l’aileron arrière en morceaux et c’est donc ce que nous ferons pour Djeddah. Est-ce l’aéro ? Est-ce le moteur ? Nous allons étudier ça. »

« Je pense que nous étions probablement trop chargés en appuis. Nous avons eu trop de résistance à l’air et c’est simplement parce que nous manquons de pièces en ce moment et j’espère que nous pourrons y remédier rapidement. C’est la moitié ou un peu plus peut-être de l’avantage de la vitesse de pointe, mais nous devons vraiment ne négliger aucun effort du côté de l’unité de puissance aussi. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos