Formule 1

Mercedes F1 avait testé le DRS de Hamilton avec le triple de la force requise

L’aileron arrière de Hamilton avait réussi les premiers tests

Recherche

Par Emmanuel Touzot

18 novembre 2021 - 08:26
Mercedes F1 avait testé le DRS de (...)

Mercedes F1 et Lewis Hamilton ont subi une disqualification le week-end dernier à Interlagos, après que l’aileron arrière a été jugé non conforme au niveau de l’ouverture de son DRS.

Mike Elliott, le directeur technique de l’équipe, explique aujourd’hui que la voiture avait la bonne mesure mais qu’elle a tout de même échoué au test.

"La réponse simple est que nous avons échoué à un test que nous avions besoin de passer. C’est en fait un peu plus nuancé que cela" indique Elliott. "Dans les règlements, il y a deux choses."

"Il y a le règlement technique, qui sont les règles que nous devons passer, et puis il y a des choses qui sont des directives techniques, et elles sont publiées par la FIA. En général, ce sont des explications sur la façon dont ils vont appliquer ces règlements."

Il décrit ensuite le fonctionnement normal du DRS et les dimensions qui servent de cadre à son fonctionnement : "Dans ce cas, vous avez le plan principal de l’aileron arrière et vous avez une ailette au-dessus."

"Et il y a une règle qui stipule qu’il y a un espace minimum entre ces ailettes, et un espace maximum lorsque le DRS s’ouvre. Cet espace maximum est de 85 mm. C’est écrit dans ce règlement, et c’est un test que nous avons effectivement passé."

"L’aileron n’était pas à plus de 85 mm, ou du moins, l’ailette supérieure n’était pas à plus de 85 mm du plan principal. La réalité est que nous n’avons pas passé la directive technique."

Des tests trois fois plus stricts en interne

"Quelle est la différence ? Dans les directives techniques, on spécifie comment la mesure sera prise. Ce qu’ils disent, c’est que nous devons passer un test où ils poussent un cylindre de 85 mm de diamètre dans cet espace."

"Ils doivent être capables de le pousser avec une force minimale de 10 newtons. Et la réalité est que, bien que nous ayons réussi ce test sur la majorité de la largeur, il y a un petit endroit où nous n’avons pas réussi ce test."

"Maintenant, pour mettre cela en perspective, nous essayons évidemment de nous assurer que nos voitures sont légales à tout moment. Nous ne voulons pas prendre ce genre de pénalités."

"Donc ce que nous faisons, c’est que nous testons ces ailettes lors des tests de développement, et dans ces tests, nous faisons exactement la même chose, mais avec une force beaucoup plus élevée, à 30 newtons, et nous réussissons."

"Nous testons également ces ailettes lorsque nous arrivons sur le circuit, donc le mercredi ou le jeudi matin. Nous passons par toutes ces séries de tests et, une fois encore, cette ailette a réussi le sien. Et nous savons aussi que cette ailette avait passé le test à plusieurs reprises lors des courses précédentes."

Alors pourquoi cela a-t-il échoué ? Elliott indique que l’aileron arrière est toujours avec la FIA, ils n’ont donc pas encore trouvé la cause de l’échec.

"Pour une raison que nous ne comprenons pas encore, nous avons eu une sorte de problème de fiabilité, qu’il s’agisse de dommages sur la piste, ou de quelque chose qui a pris du jeu. Nous ne pouvons pas encore le savoir car cette aile est encore sous scellé du côté de la FIA."

Le Brésil laisse encore des traces

Lorsqu’on lui a demandé comment l’équipe avait commencer à digérer un tel week-end, Elliott a déclaré : "La réalité est que, pour moi, personnellement, je ne l’ai pas encore digéré."

"En parcourant les données avant de donner le compte rendu au personnel de l’usine, c’était de vraies montagnes russes depuis le début des Libres 1."

"Nous ne sentions pas que nous étions assez rapides pour trouver le rythme, trouver nos marques. Et nous sommes finalement arrivés à notre qualification la plus dominante que nous ayons eu de toute l’année, pour ensuite avoir une pénalité pour Lewis."

"Et ensuite, une course incroyable de Lewis pour effectivement effacer l’équivalent de 25 places de pénalités pour gagner cette course. Une course incroyable, et je pense que nous en parlerons pendant des années."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less