Formule 1

Mercedes explique ses difficultés lors des qualifications en Turquie

Une mise en température des pneus ratée

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 novembre 2020 - 12:45
Mercedes explique ses difficultés (...)

Mercedes F1 s’est penché sur la mauvaise qualification effectuée en Turquie, sur une piste détrempée. Lewis Hamilton était le meilleur représentant de l’équipe lors de la séance, et il s’est qualifié sixième à près de cinq secondes du poleman, Lance Stroll.

"En Q1, quand les voitures étaient en pneus pluie et faisaient des tours multiples, nous n’étions pas mal par rapport au reste du peloton, et nos deux voitures étaient dans le top 5. Mais en fin de Q1, après de multiples drapeaux rouges, nous avons vu la portée de nos problèmes" note James Vowles, responsable de la stratégie.

"Toutes les équipes, tous les pilotes avaient seulement besoin d’un tour en pneus pluie pour que ça fonctionne. Il faut une bonne température, réussir à mettre les pneus dans la bonne fenêtre."

"En Q2, c’était un long relais en pneus pluie pour tout le monde et de nouveau, on a été devancé par [Max] Verstappen de deux secondes. Ce n’est pas le genre de différence que l’on veut voir en fin de Q1, mais c’était surtout un énorme écart."

Le plus perturbant pour Mercedes a été de voir Stroll avoir une telle avance en étant pourtant sur la même stratégie que Hamilton et Valtteri Bottas : "En Q3, Stroll a fait exactement le même plan de roulage que le nôtre, avec un tour chronométré en pneus pluie, suivi de deux chronos en gommes intermédiaires, une fois qu’il a été prouvé qu’elles étaient plus rapides."

Vowles explique que le problème a été identifié. La Mercedes W11 n’a pas réussi à mettre les pneus à température à cause de la piste, initialement glissante, qui était détrempée. Le patinage trop prononcé sur un asphalte trop glissant a simplement empêché d’atteindre la bonne fenêtre de fonctionnement.

"Si l’on creuse, on voit que cela dépend de l’énergie mise dans le pneu, le moteur produit cette énergie en faisant tourner les pneus arrière et ça génère des glissades, les freins génèrent de l’énergie, à la fois à l’avant et à l’arrière, et celle-ci va également dans le pneu."

"Mais de toute évidence, le sol était mouillé et la pluie a enlevé cette énergie des pneus, continuellement, donc il fallait réussir à mettre davantage d’énergie pour compenser ce qui était enlevé par les conditions. Cela pourrait se reproduire dans le futur et nous devrons être prêts."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less