Formule 1

Mercedes et Red Bull relancent la polémique sur le V6 Ferrari

L’affaire de l’accord secret n’est toujours pas close

Recherche

Par A. Combralier

3 juillet 2020 - 17:06
Mercedes et Red Bull relancent la (...)

Les équipes rivales de Ferrari n’ont toujours pas digéré l’accord secret qui a été passé entre Maranello et la FIA, et qui était censé clore l’affaire de la tricherie supposée des Rouges sur leur unité de puissance. Ferrari semble s’être bien protégée sur ce point, puisque c’est à l’équipe de Mattia Binotto elle-même de décider ou non de la publication de cet accord, pour préserver sa propriété intellectuelle.

Mais Mercedes et Red Bull n’entendent pas en rester là, et l’ont déjà fait savoir dans le paddock du Red Bull Ring.

Christian Horner a été ainsi le premier à exprimer son mécontentement en conférence de presse.

« C’est une situation peu confortable, qu’un accord ait été conclu sur la légalité et la conformité d’une voiture. »

« Cela vous amène immédiatement à réfléchir : que contient cet accord, qu’est-ce qu’il comprend ? Parce qu’il est évident que dans notre esprit, une voiture est soit légale, soit illégale. La FIA a déclaré qu’elle serait heureuse de divulguer ce document, mais qu’elle avait bien sûr besoin de l’autorisation de l’autre signataire. »

« Il est évident que cela ne fait qu’encourager la suspicion lorsqu’il y a des accords privés sur la légalité et la conformité. Le plus sain serait donc de le mettre sur la table pour que tout le monde voie ce qu’il contient. La FIA a dit qu’elle était prête à le faire, ce serait formidable si Ferrari était prêt à faire de même, alors elle met tout sur la table. »

Contrairement à ce que l’on pensait après le Grand Prix d’Australie, Mercedes et Toto Wolff font aussi partie de cette fronde contre Ferrari et la FIA.

« Nous n’avons pas reculé, nous avons décidé à Melbourne que pour le début de la saison, ce n’était pas le moment opportun, avec l’affaire du coronavirus qui devenait vraiment sérieuse en Italie. »

« Je suis tout à fait d’accord avec ce que Christian Horner a dit. À notre époque, la transparence est extrêmement importante. Et la bonne gouvernance est extrêmement importante. Et il se peut très bien que ce soit une bonne gouvernance, mais si vous ne savez pas, il est difficile de juger. Nous sommes donc dans une position où nous surveillons la situation. Nous ne sommes pas satisfaits de l’année dernière, elle nous a tous mis à rude épreuve pour être compétitifs face à Ferrari où il était difficile de faire face, et donc attendons de voir comment la saison commence et se déroule et nous réévaluerons ensuite pour nous-mêmes, et probablement pour les autres, l’état de la situation. »

Le groupe des motoristes opposés à Ferrari est complet puisqu’il a enfin été rejoint par Zak Brown, pour McLaren-Renault, qui estime aussi qu’il serait « bon de comprendre ce qui est arrivé. »

« C’était l’année dernière, donc nous espérons ne pas voir sur les données que nous avons peut-être vues l’année dernière. Dans le monde transparent d’aujourd’hui, je pense qu’il serait bon de comprendre ce qui s’est passé. Mais il semble que cela ne se produira pas de sitôt. »

En conférence de presse, Mattia Binotto a vertement répondu à ces critiques en se réfugiant derrière la décision de la FIA.

« La réponse est simple. »

« Premièrement, il n’y a pas eu de violation manifeste des règlements, sinon nous aurions été disqualifiés. La raison pour laquelle nous ne voulons pas divulguer l’accord, c’est simplement parce ce que ce faisant, nous devrions expliquer notre projet, notre unité de puissance. »

« Et je pense que personne dans le paddock ne serait heureux de divulguer des informations qui sont en fait les designs de vos projets. C’est donc une question de confidentialité. C’est la protection de la propriété intellectuelle. Et c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas envie de le faire. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less