Formule 1

Mercedes a-t-elle perdu en Belgique à cause de la stratégie ? Shovlin le soupçonne…

Une seconde également de perdu lors de l’arrêt aux stands

Recherche

Par A. Combralier

5 septembre 2019 - 08:12
Mercedes a-t-elle perdu en Belgique (...)

Après le Grand Prix de Belgique, perdu par Mercedes pour moins d’une seconde sur Charles Leclerc, Toto Wolff a admis que l’équipe allemande aurait pu mieux faire quant à la stratégie employée pour Lewis Hamilton. Le pilote britannique a lui-même regretté de s’être arrêté quelques tours plus tard que Charles Leclerc – quelques tours de trop.

L’ingénieur de piste en chef, Andrew Shovlin, a tenté de justifier ce choix qui fait aujourd’hui débat, dans un debriefing publié par l’équipe allemande.

« Nous avons arrêté Lewis un tour après Charles Leclerc. Parce que Lewis avait bien usé ses vieux pneus, il perdait un peu de temps, et Charles Leclerc était en pneus neufs. La Ferrari pouvait un peu creuser l’écart alors que nous étions toujours dans notre premier relais. Par conséquent Lewis a eu davantage de retard à combler ensuite. »

« Nous sommes passés très proches d’un dépassement sur Charles Leclerc, mais la course fut juste un peu trop courte pour nous. »

« Donc la grande question est : si nous nous étions arrêtés un ou deux tours plus tôt, aurions-nous été en meilleure position pour dépasser Charles Leclerc ? Certainement, nous aurions été plus proches en piste. Mais nos pneus n’auraient-ils pas épuisé leur durée de vie, comme ceux de Charles Leclerc ? Nous aurions eu des pneus plus vieux, et un peu moins de performance. C’est donc très difficile de répondre à cette question, mais comme toujours, si ce que vous avez essayé n’a pas marché, vous vous dites toujours que vous auriez dû faire autrement. »

L’accident précoce de Max Verstappen, qui a entraîné une voiture de sécurité, n’a pas non plus aidé Mercedes, poursuit Shovlin.

« S’il n’y avait pas eu de voiture de sécurité au départ, toute la course aurait duré quatre tours de plus. C’est un facteur très important. Cela nous aurait probablement donné la distance nécessaire pour que les pneus de Charles Leclerc se dégradent encore plus, afin de nous permettre de réaliser une manœuvre de dépassement. »

Mercedes a décidément pêché dans l’opérationnel à Spa : l’arrêt de Lewis Hamilton, en raison d’un écrou mal serré, fut une seconde plus lent que la normale. Soit exactement l’écart entre Charles Leclerc et la Mercedes à l’arrivée…

« Nous avons eu un arrêt aux stands qui était lent avec Lewis » admet Shovlin. « C’était lié à la roue arrière-gauche, et le problème concernait la fixation de l’écrou sur la roue. Ces problèmes ne sont pas souvent aussi simples qu’ils en ont l’air, mais nous avons désormais assez de données à étudier sur cet arrêt aux stands, concernant la voiture et le système d’arrêts aux stands en lui-même. Nous allons nous assurer de mettre des contre-mesures en place pour Monza. »

« La perte fut d’une seconde environ. Si cela a eu des conséquences ou non sur la course de Lewis, c’est vraiment impossible à dire. Mais il est ressorti un peu plus loin de Charles Leclerc, et a dû faire travailler ses pneus un peu plus dur pour rattraper la Ferrari. Est-ce que ce fût un facteur important ? Vous ne le savez jamais vraiment… »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less