Formule 1

Même si la FIA bannit les messages politiques, Hamilton ‘agira avec son cœur’ à Sotchi

Un petit bras de fer en prévision ?

Recherche

Par Alexandre C.

24 septembre 2020 - 18:09
Même si la FIA bannit les messages (...)

Sur le podium du Mugello, le vainqueur Lewis Hamilton avait arboré un T-shirt inhabituel : au lieu de Black Lives Matter, figurait l’inscription « Arrest the cops who killed Breonna Taylor », en référence à un nouveau drame ayant impliqué des violences policières aux États-Unis.

Cette nouvelle prise de position n’avait pas manqué de faire réagir la FIA, qui avait dit publiquement s’interroger sur la portée politique d’un tel T-Shirt – la FIA interdisant toute prise de position politique particulière.

Une sanction va-t-elle tomber ? Quoiqu’il en soit, comme il l’a confié dans le paddock de Sotchi, Lewis Hamilton s’attend à ce que la FIA modifie son règlement en la matière. Et le pilote Mercedes prévient : même en cas de changement de règle, il continuera de porter les messages qui lui tiennent à cœur !

« Je ne leur ai pas parlé, mais j’ai entendu dire que demain, ils publieront une nouvelle décision qui dira ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire. »

« Je ne sais pas ce qu’ils vont faire ce week-end. Mais beaucoup de règles ont été écrites pour moi au fil des ans, cela ne m’a pas arrêté. »

« Ce que je vais faire, c’est continuer à essayer de travailler avec la Formule 1 et avec la FIA pour m’assurer que le message soit le bon. Cela pourrait-il être mieux ? Bien sûr, cela pourrait toujours être mieux, mais cela fait partie de la courbe d’apprentissage. »

Lewis Hamilton se dit encouragé par le soutien qu’il a reçu du monde entier... et fera toujours ce qu’il croit être juste.

« Ce qui a été vraiment positif, c’est le soutien que j’ai reçu des fans. Je pense que les fans ont été incroyables. »

« Je ne regrette pas un seul instant. J’ai l’habitude de suivre mon cœur et de faire ce qu’il croit être juste. J’ai senti que c’était moi qui suivais mon cœur ; j’ai fait quelque chose qui ne s’est jamais vraiment produit en Formule 1 et, évidemment, ils vont empêcher que cela se reproduise à l’avenir. »

« Les gens disent que le sport n’est pas un lieu pour la politique. En fin de compte, il s’agit de questions de droits humains et, à mon avis, c’est quelque chose que nous devrions encourager. »

« Nous avons un grand groupe de personnes fantastiques qui regardent notre sport depuis de multiples horizons et cultures et nous devons absolument faire passer des messages positifs à leur égard. Surtout pour l’égalité. »

Lewis Hamilton comprend cependant la position de la FIA qui doit éviter de trop se mêler de politique. Mais le pilote Mercedes presse aussi Jean Todt de faire évoluer sa vision...

« En tant que business et organisation, ils ont évidemment certaines limites dans lesquelles ils estiment devoir travailler. Ils essaient évidemment de rendre tout le monde heureux, ce qui est manifestement ce qu’ils ont essayé de faire, et de faire ce qui est juste. »

« Je pense donc qu’il s’agit d’un processus d’apprentissage pour tout le monde, parce que les gens ont été satisfaits de la façon dont la vie et la société ont fonctionné. Mais en fin de compte, le monde, et la jeune génération en particulier, sont plus conscients qu’il y a un manque d’égalité et qu’un changement est nécessaire. »

« Il faut donc que des conversations avec des gens et des choses comme le Mugello se produisent pour que les gens lancent le débat, qui n’aurait peut-être jamais eu lieu sans ce genre d’action. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less