Même des Grands Prix de F1 populaires comme Zandvoort et Spa sont en danger

La nouvelle politique de la FOM mettra-t-elle ces courses en péril ?

Recherche

Par Olivier Ferret

26 mars 2022 - 11:13
Même des Grands Prix de F1 populaires

Alors que la Formule 1 reste fermement aux côtés de l’Arabie saoudite après les attaques de missiles à proximité du circuit hier, une autre bataille se joue en parallèle entre les circuits depuis que Stefano Domenicali, le PDG du sport, a affirmé que certains Grands Prix devraient quitter le calendrier dans les années à venir et / ou accepter d’être tenus en alternance une année sur deux.

Et l’avenir n’est pas forcément lié à la popularité d’un Grand Prix.

Zandvoort est instantanément devenu l’un des circuits les plus appréciés pour le GP des Pays-Bas renouvelé, mais la F1 n’a pas encore renouvelé l’option de deux ans que comporte l’accord actuel.

"La FOM veut nous garder longtemps au calendrier," assure Robert van Overdijk, le directeur du circuit de Zandvoort.

"Nous avons une option pour encore deux ans qui doit encore être prise et nous pouvons même nous inscrire pour beaucoup plus longtemps. C’est à la FOM de décider mais nous sommes prêts à signer la prolongation demain s’il le faut. Nous allons voir quelle stratégie va être adoptée par la F1 pour les futurs calendriers. La FOM va en parler bientôt."

Van Overdijk admet ainsi que la popularité de Zandvoort ne suffira pas à elle seule au GP des Pays-Bas pour assurer son propre avenir.

"Nous sommes un événement privé sans soutien gouvernemental et nous devons donc d’abord avoir des sponsors et des partenaires avant de pouvoir conclure un accord à long terme," dit-il, suggérant aussi que Zandvoort payait moins à la FOM que ce que peuvent se permettre certains pays.

Un autre lieu populaire en F1 et encore plus historique, Spa-Francorchamps, conserve actuellement sa place sur le calendrier. Mais malgré une rénovation poussée du circuit au cours de l’hiver, Gaetan Vigneron, correspondant de la RTBF, admet que l’avenir à long terme du GP de Belgique est en danger.

Mais il y a des lueurs d’espoir car selon lui : "la Russie n’est plus au calendrier, Spa-Francorchamps est légendaire et surtout il y a le facteur Max Verstappen, qui assure que le ’deuxième GP des Pays-Bas’ est complet."

"Cependant, les contingences pour signer un contrat sont économiques, politiques et climatologiques. Il y a beaucoup de discussions. Le GP de Belgique n’est pas encore perdu mais ce sera assez difficile de signer à long terme."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos