Mekies : Ce n’est pas un secret que Ferrari doit progresser en course

Tant avec la dégradation des pneus qu’en termes de rythme

Recherche

Par Paul Gombeaud

30 octobre 2022 - 10:49
Mekies : Ce n'est pas un secret (...)

A Mexico City, Ferrari a été la troisième force du plateau en qualifications derrière Red Bull et Mercedes F1, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour la Scuderia dont la voiture est généralement un peu moins performante en course que sur un tour.

Le directeur sportif, Laurent Mekies, le conçoit, et revient sur la dernière course disputée à Austin pour expliquer les problèmes que son équipe rencontre les dimanches de course.

"Ce n’est pas un secret que notre rythme de course n’est pas aussi bon que celui des qualifications. Vous pouvez considérer ça comme une force d’un côté et comme une faiblesse de l’autre. Il s’agit parfois de notre dégradation pneumatique comparé à celui de la concurrence, parfois il est simplement question de rythme," explique le Français.

"Pour reprendre l’exemple d’Austin, Charles (Leclerc) a beaucoup poussé pour rester au contact des voitures les plus rapides, pour doubler Checo (Perez) et se battre avec Max (Verstappen). Et naturellement, il en a payé le prix après car la vérité est que nous n’étions, encore une fois, pas aussi rapides qu’eux."

"Pour nous, il s’agit d’essayer de travailler sur le moindre petit détail pouvant nous faire gagner du rythme en course. Nous sommes là où nous souhaitons être en termes de rythme en qualifications, tandis que nous savons qu’il nous faut progresser en course. Et ce n’est pas quelque chose qui s’améliore en un jour, mais il est certain que nous profitons de la moindre opportunité et ce ne sera pas différent ce weekend au Mexique."

Schwartzman s’est "bien débrouillé" la semaine dernière à Austin

Ferrari a confié le volant de la F1-75 à Robert Schwartzman, membre de son académie, durant les EL1 à Austin le weekend passé. Le pilote qui court sous licence israélienne a satisfait l’équipe et Laurent Mekies durant son roulage, et ce malgré les conditions très compliquées en piste.

"Disputer les EL1 à Austin n’était pas évident pour ces jeunes pilotes. La piste était bosselée et il y avait énormément de vent. Les conditions étaient d’ailleurs difficiles pour tout le monde. Même pour Carlos (Sainz) dans l’autre voiture, qui nous disait : ’C’est la dernière séance lors de laquelle vous voulez mettre un jeune pilote’."

"Robert s’est donc bien dérouillé, il a complété le programme. Il a construit sa confiance au fil des tours et profité de l’opportunité que nous lui avons offert. Mais nous savons qu’en une heure, il n’est pas possible d’accomplir des temps au tour à la hauteur des titulaires. C’est donc un processus de construction. Il sera de nouveau présent à Abou Dhabi et je suis sûr qu’il franchira une nouvelle étape."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos