Formule 1

McLaren juge ‘risqué’ de copier à son tour la philosophie de Mercedes F1

Malgré le passage à un V6 Mercedes

Recherche

Par Alexandre C.

6 août 2020 - 18:04
McLaren juge ‘risqué’ de copier à son (...)

Actuellement, McLaren fait partie des équipes ayant adopté le concept de « high-rake » (voiture piquée vers l’avant) pour le design aérodynamique de sa monoplace, calqué sur celui de Red Bull. Or l’an prochain, l’équipe de Woking disposera d’une unité de puissance Mercedes, écurie qui elle a parié, avec le succès que l’on sait, sur un design typé « low-rake ».

Or Racing Point a fait cette année un changement de philosophie aérodynamique, en s’inspirant, de manière controversée, de l’approche de Mercedes, passant du concept Red Bull au concept Mercedes. Étant donné la compétitivité des Roses cette année, ne serait-il pas judicieux pour Woking de faire pareil choix aussi ?

D’un côté, sur le plan mécanique, James Key, le directeur technique, est tenté de valider ce changement, qui ne modifierait pas en profondeur le design actuel de la McLaren dans ce domaine.

« Je pense que votre fenêtre de fonctionnement, s’agissant de la suspension, sera très similaire. Et c’est beaucoup plus facile à ajuster qu’un changement complet des composants internes de la suspension, par exemple. Donc, mécaniquement, c’est probablement possible. »

« Mécaniquement, je ne pense pas que ce sera vraiment si différent, parce que nous parlons de millimètres en fin de compte. Ce n’est pas comme s’il y avait un changement massif. »

C’est plutôt sur le plan aérodynamique que le bât blesse : il faudrait en profondeur revoir la conception de la monoplace, avec le risque de faire un pas en arrière initialement. C’est ce que Racing Point dit avoir constaté : à l’usine l’hiver dernier, la RP20 actuelle était bien plus lente qu’aujourd’hui.

James Key pèse donc le pour et le contre...

« C’est risqué, vous savez, mais je pense qu’il y a des preuves, tirées de nos propres études, qui montrent comment les deux concepts peuvent fonctionner. »

« Et bien que je ne pense pas que la philosophie high-rake soit nécessairement morte, elle vous fait prendre du recul et penser que, peut-être, il y a plus à trouver de ce côté. Et en fait, nous avons quelques idées et réflexions sur la façon dont cela pourrait fonctionner. »

« Faire la transition signifie que vous devez passer par tous ces creux et ces bas, et il n’y a pas beaucoup de temps pour le faire. Je pense donc qu’il faudra voir pour l’année prochaine, étant donné que c’est la dernière année du règlement actuel, si vous pouvez faire un changement aussi important en l’espace d’un an. »

« Il est clair qu’il pourrait y avoir quelque chose à faire et je pense qu’il y a des avantages. Il y a un avantage évident pour le centre de gravité, mais il y a peut-être aussi d’autres avantages caractéristiques qui favorisent cette approche. »

Ce changement serait tout de même d’autant moins pertinent qu’il ne serait vraiment valable que pour une année, car dès 2022, le règlement change en profondeur. Et même en 2020-2021, il faudrait que McLaren dépense de précieux jetons pour faire ces changements aérodynamiques.

James Key a enfin conscience de ces arguments et on sent que la balance penche plutôt pour la stabilité...

« En pratique, je pense qu’il est très difficile de changer de philosophie en l’espace d’un an. Je sais qu’une équipe l’a fait [Racing Point], mais il y a un grand débat à ce sujet. »

« La réalité est que changer le concept de votre voiture de façon si radicale, surtout quand vous n’avez pas vraiment de suivi après, quand vous avez de nouveaux règlements à venir… il faut voir si c’est raisonnable ou non. Je pense que c’est une question différente. »

« C’est un changement radical sur le plan aérodynamique, car vous partez vraiment de zéro avec une partie de votre compréhension de la voiture. Mais je pense que ce que nous avons reconnu un peu, et je pense que d’autres l’ont probablement fait aussi, c’est que vous pouvez en quelque sorte voir pourquoi ce changement pourrait avoir un certain avantage. »

En définitive, une approche hybride, combinant les meilleurs des deux mondes, pourrait-elle être retenue ?

« La question est de savoir si vous pouvez intégrer ces principes à votre compréhension actuelle. C’est le calendrier sur lequel nous travaillons vraiment pour l’année prochaine, je pense. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less