McLaren F1 : Il n’y avait ’pas de confiance’ quand Brown est arrivé

"Tout le monde était coupable" des problèmes

Recherche

Par Emmanuel Touzot

6 janvier 2023 - 17:03
McLaren F1 : Il n'y avait 'pas

Zak Brown est arrivé chez McLaren F1 en qualité de PDG à la fin de l’année 2016. L’équipe sortait de deux saisons catastrophiques avec Honda, et l’Américain se souvient de l’état dans lequel la structure se trouvait. Il a le souvenir d’une constante recherche de coupables pour le fiasco de l’association avec le motoriste japonais.

"En termes de moral, il y avait un manque total de confiance au sein de l’organisation" a expliqué Brown. "Tout le monde était en quelque sorte coupable jusqu’à ce que son innocence ait été prouvée par des méthodes de travail internes. Il n’y avait donc pas de travail d’équipe."

"Je pense que cela a commencé au sommet de la pyramide, dans le sens où il y avait tellement de choses qui se passaient au niveau du conseil d’administration qu’il n’y avait pas de supervision adulte dans l’équipe de F1, parce que tout le monde essayait de se racheter mutuellement. Donc je pense qu’il n’y avait pas de leadership."

Les tensions et ruptures au sein de l’organisation empêchaient McLaren F1 de pouvoir viser les résultats pour lesquels elle avait pourtant le potentiel, ce qu’a vite corrigé Brown.

"Je ne pense pas que ce soit la faute d’une seule personne. Il s’agissait plutôt d’une situation où vous avez un conseil d’administration qui ne s’entend pas, et cela peut rapidement dégringoler. Mais il y avait un grand manque de confiance."

"Je savais qu’il y avait un potentiel de championnats du monde et de victoires au sein de l’équipe. Il s’agissait simplement d’amener tout le monde à collaborer, à travailler ensemble et à y croire. Cela a pris un peu de temps, et maintenant nous sommes à un très bon endroit par essence."

Brown se sent "extrêmement soutenu"

Après un vaste chantier de restructuration pour McLaren Racing, dont il est le PDG, et McLaren Automotive, Brown peut désormais compter sur le soutien du groupe et de ses actionnaires, qui travaillent pour que l’équipe de F1 progresse.

"C’est très propre, très clair. Vous avez un comité de course et un comité de groupe. Le conseil de la course prend les décisions relatives à la course, et le conseil du groupe prend les décisions relatives à l’automobile."

"Michael Leiters, qui est le PDG de McLaren Automotive, et moi nous entendons bien. Il vient de chez Ferrari. Nous assistons aux réunions du conseil d’administration de l’autre. La collaboration entre l’automobile et la course est donc excellente."

"Il est également clair que je fais rapport au président exécutif Paul Walsh, qui est également le président exécutif de l’automobile. Et au conseil d’administration de la course automobile, nous avons maintenant des personnes très expérimentées qui connaissent le sport et la course automobile."

"C’est le type de conseil que vous aimeriez avoir en tant que PDG, parce qu’ils comprennent à quelle vitesse le sport évolue, à quelle vitesse vous devez prendre des décisions, et comment le jeu fonctionne. Je me sens donc extrêmement soutenu. Tout ce dont j’ai eu besoin de la part du conseil d’administration, il me l’a donné."

McLaren F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos