Formule 1

McLaren F1 doutait de la légalité des arrêts aux stands de Red Bull

La directive technique a tout clarifié

Recherche

Par Alexandre C.

25 septembre 2021 - 13:31
McLaren F1 doutait de la légalité (...)

La FIA a introduit, à partir du Grand Prix du Hongrie, une nouvelle « TD » (directive technique) afin de renforcer la sécurité des arrêts aux stands (en imposant un temps de réaction minimum), et de réduire le rôle de l’électronique au profit de l’humain.

Et cette directive a été mal accueillie par Red Bull : l’équipe de Milton Keynes était la meilleure aux arrêts aux stands… justement en raison de ses aides électroniques. Une conséquence nuisible de cette directive pourrait bien avoir participé directement d’ailleurs à l’incident entre Lewis Hamilton et Max Verstappen à Monza : car juste auparavant, le Néerlandais avait subi un arrêt aux stands très long (11 secondes), ce qui l’avait fait revenir sur la piste juste au niveau du pilote Mercedes.

Réagissant à cette nouvelle directive, Christian Horner n’a pas caché qu’il était « toujours ennuyeux d’avoir un changement à mi-saison, et surtout concernant une procédure comme celle-ci. »

« Cela a eu un impact direct sur le problème humain que nous avons ajouté à Monza, ce qui est ennuyeux mais c’est la même chose pour tout le monde, nous devons en tirer des leçons, comprendre ce qui n’a pas fonctionné, y remédier pour essayer de faire en sorte que cela ne se reproduise pas. C’est une conséquence du changement qui a été introduit. »

Même chez Mercedes, du côté de Toto Wolff, on reconnaît qu’un tel changement fut embarrassant… Mais Mercedes ne s’en est-elle pas mieux sortie ?

« Il s’agit d’une situation procédurale ou d’un processus. Et si vous avez fait quelque chose de la même manière pendant toutes ces années et que vous devez changer, cela peut toujours être un peu délicat - mais ce n’était pas désastreux, nous avons mis en place des mesures d’atténuation qui nous ont permis de ne pas perdre trop de temps. Mais c’est un nouveau défi. »

Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1, a lui un point de vue plus positif sur cette nouvelle directive. Il faut dire qu’en creux, McLaren estimait que les procédures d’arrêts aux stands chez Red Bull étaient à la limite de légalité, voire au-delà...

« Eh bien, tout d’abord, je pense que ce n’est pas un secret que nous avions quelques points d’interrogation concernant la légalité et la sécurité des arrêts aux stands de certaines équipes au cours du mois dernier et donc nous nous réjouissions de cette clarification de la FIA avant la pause estivale. En fin de compte, cela n’a pas signifié que nous devions changer quoi que ce soit, car de notre point de vue, il était clair auparavant comment la séquence devait être. »

« Comme toujours, nous nous concentrons simplement sur nous-mêmes. Nous sommes très heureux des progrès que nous avons pu faire sur les arrêts aux stands, par rapport aux années précédentes. En même temps, il y a encore de la place pour s’améliorer et être plus régulier et c’est ce sur quoi nous nous concentrons. »

Le facteur humain en question

Reste que cette directive a renforcé le poids de l’humain dans les arrêts aux stands, et donc des erreurs humaines. Comment Mercedes aborde cette situation ? Comment réduire cette probabilité ?

Toto Wolff a un point de vue tranché sur la question, dans la lignée du refus de la « culture du blâme » chez Mercedes.

« L’erreur humaine n’existe pas. Il y a cette chose dans la façon dont le processus est conçu, dont l’équipement est calibré. Donc, c’est ce que nous devons examiner, et nous devons donner le meilleur pistolet possible et le meilleur processus possible aux mécaniciens pour qu’ils puissent opérer en toute sécurité afin d’éviter des arrêts aux stands plus longs, mais également être assez rapides ; et cet équilibre a toujours été délicat pour toutes les équipes en Formule 1, toujours. »

Christian Horner estime lui que les erreurs humaines existent... comme Red Bull l’a hélas constaté à Monza !

« Il existe ce qu’on appelle une erreur humaine et je pense que nous en avons vu une lors de la dernière course. Vous apprenez toujours et vous changez vos outils aussi pour essayer de rendre la vie plus facile, que ce soit dans les logiciels et ainsi de suite, et l’arrêt aux stands est une partie intrinsèque d’un Grand Prix et vous devez compter sur un temps d’arrêt minimal dans le cadre de votre stratégie. Donc, évidemment, beaucoup d’analyses sont effectuées lors d’un problème, comme c’est le cas pour n’importe quel composant de la voiture. Vous essayez d’en tirer des leçons, vous essayez de mettre en place des dispositifs de sécurité pour faire face à la situation si elle se reproduit. »

McLaren

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less