Formule 1

McLaren explique les difficultés à résoudre les problèmes de Ricciardo

Les caractéristiques de la MCL35M sont inamovibles

Recherche

Par Emmanuel Touzot

14 août 2021 - 12:37
McLaren explique les difficultés à (...)

Récemment, Andrea Stella avait expliqué que la McLaren MCL35M ne convenait pas au style de pilotage de Daniel Ricciardo, ce qui expliquait les difficultés d’adaptation du pilote australien depuis son arrivée dans l’équipe.

Le directeur de la compétition de McLaren détaille le rôle de l’aérodynamique dans les problèmes de Ricciardo et les problèmes rencontrés pour que le pilote se sente mieux.

"Notre voiture nécessite une adaptation particulière, alors que nous travaillons pour améliorer cet aspect" note Stella. "Ce n’est un secret pour personne que notre voiture est bonne dans les virages à grande vitesse et qu’elle n’est peut-être pas la meilleure dans les virages moyens."

"Nous essayons d’ajuster certaines de ses caractéristiques pour la rendre un peu plus facile à conduire. En même temps, la chose importante est l’efficacité aérodynamique, y compris si nous ne parvenons pas à progresser en termes d’équilibre et d’exploitation de la voiture."

"Nous sommes relativement satisfaits du taux d’amélioration de l’efficacité aérodynamique que nous avons été en mesure d’atteindre dans les premières courses et en espérons davantage dans les prochaines courses."

"Nous nous sommes demandés à quand cette caractéristique remontait dans le temps. Je pense que cela remonte à quelques saisons avant la saison actuelle. Il s’agit d’un ensemble de caractéristiques sur la façon dont la voiture exploite son appui, ce n’est pas nouveau pour la voiture de cette année."

"La voiture de cette année est une proche sœur de celle de l’année dernière et il y a certainement une relation étroite avec les voitures des années précédentes. Cela a donc à voir avec la méthodologie qui peut produire des voitures rapides, mais aussi avec certaines caractéristiques spécifiques."

Le pilote au centre des compromis

Stella explique que les caractères de la MCL35M, et globalement d’une monoplace de Formule 1, obligent les équipes à demander au pilote d’être le principal levier d’adaptation, car les critères physiques d’une F1 ne sont pas tout le temps flexibles.

"Les voitures de F1 sont entièrement dominées par l’aérodynamisme. Ensuite, vous travaillez avec la suspension et les autres aspects mécaniques, mais ces aspects sont souvent des compensations et des intégrations, et non le paramètre principal qui est l’apport aérodynamique de la voiture selon divers paramètres que sont la hauteur de caisse avant, la hauteur de caisse arrière, l’angle de lacet, l’angle de roulis."

"C’est ce qui fait que la voiture est forte en ligne droite et qu’elle l’est moins dès que l’on génère un angle de lacet ou une rotation. En même temps, quand je parle d’aérodynamique, c’est certainement ce qui conduit à cette caractéristique, mais c’est aussi assez difficile à régler avec précision parce que pour générer les forces aérodynamiques, il faut établir une structure de plancher."

"Il faut des mois ou des années de développement pour consolider ces structures de plancher afin d’obtenir une efficacité aérodynamique de la voiture exceptionnelle et jamais égalée dans le passé par aucune voiture de Formule 1."

"Donc, lorsque vous intégrez ces caractéristiques si profondément, il est difficile de les changer. Il est donc plus facile de travailler sur les aspects mécaniques, mais même ces aspects sont relativement limités en raison de l’homologation en 2021."

"Vous vous retrouvez relativement coincé et c’est pourquoi une grande partie des exigences et une grande partie de la demande se déplace du côté du pilote. C’est notre outil, il est rapide, mais il faut le conduire d’une certaine manière."

"Il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire pour le moment. Alors que nous pouvons améliorer l’efficacité aérodynamique, il est beaucoup plus difficile d’améliorer certaines des caractéristiques en tenant compte du style de conduite."

Stella espère que ce sont les caractéristiques du châssis, et non de la méthodologie de McLaren, qui apportent ces limites du côté de Ricciardo. Il révèle que toutes les monoplaces ont des limitations sur certaines caractéristiques, mais que celles de la MCL35M sont possiblement plus prononcées.

"Je trouve cela assez typique. Même en remontant à l’époque où j’étais chez Ferrari, il y a eu plusieurs saisons où les voitures présentaient des caractéristiques assez similaires. Il est toujours un peu difficile de trouver le bon mélange entre une voiture qui est forte en virage et qui conserve de bonnes caractéristiques en ligne droite."

"Inversement, si vous concentrez votre voiture sur la ligne droite et la vitesse, alors il est un peu difficile de maintenir une bonne aérodynamique au milieu d’un virage. Ce n’est pas spécifique à McLaren. Ce qui est spécifique à McLaren, c’est que notre voiture se situe clairement d’un côté de cette répartition typique des caractéristiques que vous pouvez obtenir."

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less