Formule 1

Mazepin : Je suis comme le bon vin, je me bonifie avec l’âge !

Du temps pour s’intégrer puis percer avec une équipe

Recherche

Par Olivier Ferret

5 janvier 2022 - 16:38
Mazepin : Je suis comme le bon vin, (...)

Nikita Mazepin admet qu’il met du temps à s’intégrer dans une nouvelle équipe et, comme le bon vin, il s’améliore toujours avec le temps qui passe.

La première saison du Russe avec Haas en F1 n’a pas été excellente, il a été largement surpassé les samedis et dimanches par son coéquipier Mick Schumacher la grande majorité du temps.

Il n’est pas inquiet cependant, disant qu’il a eu des difficultés similaires lors de ses débuts en Formule 3 et en Formule 2.

"Avant, je ne pouvais pas recommencer ma saison au milieu, après une pause estivale. Pour être juste, il faut aussi dire que les saisons étaient beaucoup plus courtes. Si vous n’avez que neuf courses, vous avez beaucoup moins de tentatives. Quand vous avez 23 courses, vous avez beaucoup plus d’essais. Je suis content de la façon dont mon intégration en F1 s’est passée."

"Après l’été, les vacances, cela a été mieux. Je suis comme le bon vin, je me bonifie avec l’âge ! Quand je regarde ma carrière, si une voiture me convient et que les réglages sont bons, alors je peux être rapide tout de suite."

"Mais j’ai besoin de temps pour que la voiture, l’équipe et moi-même fonctionnions comme un ensemble complet jusqu’à ce que nous puissions faire la percée attendue."

En plus de ses difficultés à égaler Schumacher, un autre inconvénient de son année de débutant en F1 était le fait qu’il a été fortement critiqué par un certain nombre de pilotes pour son agressivité dans le peloton. Il est catégorique sur le fait qu’il ne franchit pas la ligne rouge lorsqu’il défend sa position et qu’il court simplement de manière rude mais juste.

"Pour moi, c’est comme ça dans la vie : il faut regarder l’essentiel. L’essentiel, c’est que j’évite les accidents. Je n’ai pas eu beaucoup d’accidents en piste ou d’abandons à cause de mes propres erreurs."

"Et j’ai défendu mes positions. En fin de compte, c’est ça la course. J’ai déjà appris ça à l’époque du karting : même si je n’ai pas la vitesse, je ne laisse pas la porte ouverte. J’essaye de me battre."

"Si la place est perdue, félicitations à l’autre. C’est qu’il a très bien préparé sa manœuvre. Mais ce n’est pas parce qu’il réalise un meilleur temps au tour qu’il doit facilement dépasser. Ce sont deux arts complètement différents. L’un est de conduire vite. L’autre est de dépasser."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less