Formule 1

Mazepin est ‘un peu comme le vin’ : ‘Je m’améliore avec les années’

Il se confie avant son GP national

Recherche

Par Alexandre C.

21 septembre 2021 - 08:08
Mazepin est ‘un peu comme le vin’ : (...)

C’est le moment qu’il attendait : après Sergey Sirotkin, Nikita Mazepin va pouvoir vivre un Grand Prix à domicile puisqu’il courra sur les bords de la mer Noire, à Sotchi.

Dans la station balnéaire, le Moscovite a eu quelque succès par le passé avec notamment un podium en F2 l’an dernier. Mais bien sûr en F1, ce sera une toute autre histoire. Dans quel état d’esprit aborde-t-il ce rendez-vous ?

« Tout d’abord, je suis très impatient d’y aller. J’ai été à Sotchi plusieurs fois, j’y suis allé pour le tout premier Grand Prix en 2014 si je ne me trompe pas, et à l’époque, l’aspect national avait une signification très différente pour moi. Je ne courais pas pour mon pays tout à fait, je n’étais même pas en Formule 3 à l’époque. Évidemment, le fait d’être arrivé six ans plus tard signifie beaucoup pour moi et je suis l’un des pilotes chanceux qui a une course à domicile et je suis impatient de vivre cette expérience. »

« J’espère que les fans qui viendront de différents pays pour voir le Grand Prix de Russie, mon Grand Prix national, passeront un bon moment. Tout le monde est très accueillant et amical dans notre pays. C’est l’un des événements les plus importants de l’année dans cette partie de la Russie, ce sera donc quelque chose de spécial pour les gens de voir autant de fans internationaux venir chez eux. »

« Je suis monté deux fois sur le podium et j’ai fait la pole position là-bas. C’est un circuit où j’aime vraiment piloter. Il y a une très longue ligne droite, et dans les catégories juniors, j’y ai effectué quelques très beaux dépassements. C’est toujours agréable d’être sur le podium dans n’importe quelle course, et si c’est votre course à domicile, c’est encore mieux. »

On dit que courir à domicile peut être autant bénéfique que nuisible, puisque cela ajoute de la pression... Qu’en dit le pilote Haas ?

« Je pense que c’est une pression positive. Il y a cette pression qui vous rend tendu dans la voiture et vous rend plus lent. Pour moi, la pression de Sotchi me donne juste une motivation supplémentaire et me donne plus d’endorphines et d’énergie pour traverser les moments les plus difficiles avant la course. Néanmoins, j’y vais avec l’esprit clair pour essayer d’extraire tout ce que je peux de moi-même et de la voiture et j’ai hâte de voir quelle sera l’ambiance après ce que tout le monde a vu aux Pays-Bas. »

C’est déjà le 15e Grand Prix de l’année et pour Nikita Mazepin, ce Grand Prix à domicile est l’occasion de dresser un premier bilan de son parcours... pour le moins chaotique ?

« Cela n’a pas été une promenade de santé, mais les situations les plus difficiles dans la vie vous font apprécier les plus faciles et vous font goûter le succès avec un sentiment différent. Cela n’a pas été facile, la Formule 1 est évidemment un championnat très complexe - différent de tous les autres - et le fait que nous en soyons à 15 courses et que nous ne soyons pas encore près de la fin rend les choses difficiles pour tout le monde dans cet environnement. »

« J’ai eu une progression positive depuis ma première course et je suis sûr que je suis un peu comme le vin - je m’améliore avec les années. Vous pouvez le constater dans toutes les catégories et classes dans lesquelles j’ai couru, donc mes concurrents n’auront pas la tâche facile à l’avenir. »

Ce sera l’avant-dernier Grand Prix de Russie à Sotchi puisqu’en 2023, la course bougera à Igora Drive, près de Saint-Pétersbourg. Mazepin regrette-t-il déjà la station balnéaire caucasienne ?

« Sotchi fixe un niveau d’accueil très élevé, avec le circuit lui-même et avec les paysages autour du circuit. Je suis sûr que les responsables feront de leur mieux pour ne pas abaisser ces normes, mais pour les élever potentiellement. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less