Formule 1

Mattia j’ai raté l’avion : le road-trip aussi plaisant qu’imprévu de Leclerc aux USA

New York, le Wisconsin, et Austin…

Recherche

Par Alexandre C.

21 octobre 2021 - 21:45
Mattia j’ai raté l’avion : le road-trip

Les États-Unis n’ont toujours pas levé pleinement les restrictions pour les voyageurs, même vaccinés, en raison de la pandémie. Ceux qui désirent se rendre aux USA doivent présenter un document « d’exception d’intérêt national » (NIE) pour avoir le droit de poser le pied sur le sol des États-Unis.

Et cela a mené à quelques mésaventures dans le paddock, y compris pour les pilotes. A l’exemple de Charles Leclerc qui, comme il l’a raconté, a dû faire un détour imprévu par New York et Milwaukee, dans le Wisconsin, pour arriver jusqu’au Texas. Un road-trip bien dans la veine américaine, mais bien aussi imprévu…

Mais finalement, Charles Leclerc, qui voyageait avec son entraîneur Andrea Ferrari, a bien apprécié !

« C’était très cool, ce n’était pas vraiment prévu. Mon NIE n’avait pas été accepté à l’aéroport, donc je ne pouvais pas prendre le vol initial, nous avons changé de vol et sommes allés à New York à la dernière minute. »

« J’ai réussi à passer une journée à New York, ce qui était ma première fois, et c’était incroyable, quelle ville. J’ai vraiment, vraiment apprécié. »

« Puis je suis allé à Milwaukee pour le premier match NBA de la saison, ce qui était fou. Une expérience incroyable, et me voilà à Austin, prêt à monter dans la voiture demain. »

Charles Leclerc aurait-il été trop distrait au moment de faire ses papiers ?

« C’était juste un type à l’aéroport de Nice qui, pour une raison quelconque, ne savait pas vraiment ce qu’était un NIE, et je me suis retrouvé coincé là. »

« Il ne s’est rendu compte qu’une minute avant la fermeture du vol que le NIE était correct, mais je n’avais pas mon formulaire de localisation des passagers, et je devais donc rester à Nice. »

« Mais de toute façon, ce n’est pas grave. Avec les mêmes papiers j’ai pu prendre un avion pour New York, ce qui m’a permis de visiter cette ville pour la première fois. »

Charles Leclerc arrive donc à Austin dans l’ambiance américaine. Sur un circuit qu’il adore de plus.

« C’est un circuit que j’aime vraiment, un circuit assez difficile, avec beaucoup de bosses. »

« Au vu du MotoGP, c’est probablement un peu plus bosselé qu’il y a deux ans, alors on verra comment ça se passe. J’aime vraiment être ici. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less