Maffei sur Andretti F1 : pourquoi pas, mais pas tout de suite…

Alors que le temps presse pour l’équipe

Recherche

Par Alexandre C.

7 mai 2022 - 12:11
Maffei sur Andretti F1 : pourquoi (...)

Michael Andretti a estimé qu’il y avait des progrès dans les discussions en cours avec Liberty Media, pour entrer en F1 en 2024 (voir notre article).

L’Américain profite de la présence de Greg Maffei, le PDG de Liberty Media et supérieur de Stefano Domenicali, ce week-end à Miami, pour accélérer le tempo des négociations.

Les échos positifs sont – ce qui est crucial – aujourd’hui confirmés par Greg Maffei en personne.

Le PDG de Liberty Media souligne que la F1 pourrait bien lancer un appel d’offres pour s’ouvrir à d’autres équipes. Mais il prévient aussi Andretti : l’urgence est parfois d’attendre.

« Il est possible que nous puissions augmenter le nombre d’équipes au fil du temps. »

« Je ne pense pas que ce soit un besoin urgent. Il y a beaucoup de gens qui aimeraient que nous le fassions. La plupart d’entre eux veulent participer. Mais nous n’avons pas ressenti ce besoin. »

Or le temps presse pour Andretti qui veut arriver en F1 dès 2024 ! Mais à entendre Maffei, le timing sera serré.

Des problèmes logistiques bloquent aussi l’arrivée d’une nouvelle équipe pour Maffei.

« Il y a des circuits qui n’ont pas de place pour plus de 10 équipes. »

Maffei avance ensuite deux autres arguments pour son point de vue : l’histoire, car la F1 a compté bien plus que 10 équipes par le passé ; et les finances, avec la valorisation très élevée des équipes actuelles qui refroidit tout investisseur intéressé par un rachat d’équipe (on l’a bien vu avec le rachat avorté de Sauber par Andretti).

« Historiquement, il y avait jusqu’à 15 ou 20 équipes sur la grille. »

« C’est tombé à 10. Juste quand nous sommes entrés dans le sport, Manor, qui était la 11ème équipe, a été mise en liquidation judiciaire et a été vendue pour une livre. »

« Maintenant, les équipes les plus mal classées, parce qu’elles sont toutes verrouillées en tant que franchises, valent 400 millions de dollars minimum. Peut-être plus. »

« Et je pense que vous voyez des chiffres allant à valoriser une équipe jusqu’à un milliard de dollars voire deux milliards de dollars. Cela a attiré de l’investissement, de l’intérêt. »

Pour Maffei, la valorisation renforcée des équipes est aussi une preuve du succès de Liberty Media pour rapprocher la grille, notamment avec les budgets plafonnés.

« Nous voulons rendre les équipes du fond de grille, les équipes de deuxième ou troisième rang, plus compétitives. Nous commençons tout juste à voir cela se produire cette année. »

« Vous voyez Haas, qui était à la traîne, faire assez bien cette année. Et vous avez vu Ferrari revenir. »

Andretti F1 Team

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos