Formule 1

Loin derrière les Mercedes, les pilotes Ferrari ne veulent pas paniquer

Leclerc n’était que 10e en EL2

Recherche

Par A. Combralier

23 mai 2019 - 20:01
Loin derrière les Mercedes, les (...)

A la régulière, la première ligne semble promise aux Mercedes à Monaco. Sebastian Vettel, cet après-midi en EL2, a terminé à 7 dixièmes – un écart conséquent sur un tour aussi court – de Lewis Hamilton, qui a signé le meilleur temps de la séance. Le constat était pire encore pour Charles Leclerc, relégué à une lointaine 10e place.

« Nous avons essayé beaucoup de choses » a pourtant expliqué l’Allemand. « Mais elles n’ont pas vraiment fonctionné. Dans l’ensemble, j’ai souffert un peu, j’ai manqué un peu de rythme bien sûr par rapport aux Mercedes, et j’ai aussi souffert pour faire vraiment fonctionner les pneus, donc un peu de travail nous attend. »

Sebastian Vettel confirme que la bonne exploitation des Pirelli constitue le talon d’Achille de la Scuderia, y compris sur ce circuit.

« C’est un peu de tout. Ce n’est pas exactement ce que vous pourriez espérer. Vous aimeriez avoir une voiture qui puisse être plus prévisible. Mais je suis sûr que samedi, les choses reviendront un peu à la normale. Il fera peut-être un peu plus chaud, cela pourrait nous aider. »

« Je n’ai pas encore atteint le niveau maximum de confiance. C’était délicat de bien faire rentrer les pneus dans leur fenêtre de fonctionnement. Nous avons un peu plus souffert que d’autres. Mais ce n’est pas la première fois que l’on voit cela en essais libres, donc d’ici samedi, nous aurons un peu de temps pour essayer deux-trois trucs. »

Ce jeudi, Sebastian Vettel a roulé avec un casque tout rouge, pour rendre hommage à Niki Lauda.

« Ce n’est pas un design de mon fait ! C’est pour rendre hommage à Niki. Cela va sans dire, j’aurais préféré faire quelque chose de différent ici… Mais étant donné les circonstances, j’ai senti que c’était une bonne chose à faire. Le rendu est assez sympathique, c’est basé sur son dernier design de casque avec Ferrari, en 1977. »

Le constat est plus inquiétant du côté de Charles Leclerc : seulement 10e des EL2, le Monégasque avait un rythme comparable aux pilotes de milieu de grille, y compris en longs relais.

« C’était très difficile, surtout en EL2, car certaines choses n’ont pas fonctionné dans mon second relais » a reconnu le local de l’épreuve.

« Mais ce n’est pas le moment de paniquer. Clairement, nous sommes derrière Mercedes. Ils sont hors de notre portée. Donc il faut se concentrer sur ce que nous pouvons faire, pour trouver les meilleures solutions. Et nous verrons. Le but est de progresser et de resserrer l’écart. Ce sera très difficile d’arriver sur la première ligne de la grille, mais rien n’est impossible. Nous allons travailler dans le but de faire de grands progrès. »

Comme Sebastian Vettel, Charles Leclerc s’interroge sur le comportement des Pirelli…

« Pour être honnête, nous travaillons seulement pour réduire l’écart, donc nous ne savons pas encore ce qu’il nous faut pour y arriver. Nous nous attendions à ce que Mercedes soit solide, parce qu’ils étaient très forts dans les virages lents à Barcelone. Mais il faut se concentrer sur nous-mêmes, placer ces pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement – ce que nous ne faisons pas pour le moment. »

Ferrari

expand_less