Limites de piste : Verstappen a l’impression d’être un ’amateur’ pour la FIA

Pérez et Gasly montent aussi la voix contre la direction de course

Recherche

Par Emmanuel Touzot

30 juillet 2022 - 19:28
Limites de piste : Verstappen a (...)

Le débat sur les limites de piste continue de diviser les pilotes et la FIA, alors que le sujet a encore fait polémique en Hongrie. Le chrono de Sergio Pérez a été supprimé avant d’être réinstauré, laissant une impression d’amateurisme du côté de la direction de course.

Max Verstappen s’agace de l’absence de clarté derrière les décisions à ce sujet. Le pilote Red Bull a l’impression que la FIA ne considère pas les 20 acteurs principaux de ce sport comme des professionnels, et il regrette de ne pas être assez écouté.

"Les pilotes l’année dernière ont dit que nous devions être plus clairs et plus stricts sur ce que nous allions chasser sur les limites de la piste" a déclaré Verstappen. "Mais par exemple hier soir, lors du briefing des pilotes, ils ont commencé à parler de la sortie du virage 13, et du fait que la ligne était le bord de la piste. Mais il y a un vibreur et une ligne blanche à côté, qui pour moi est le bord de la piste."

"Nous avons tellement de petites choses stupides qui rendent aussi plus difficile la tâche des gouvernants. Je ne sais pas, en tant que pilotes, nous voulons toujours aider et donner notre avis mais rien n’est entendu. Pour moi, c’est extrêmement frustrant."

"Je ne veux pas me battre avec eux, je veux juste les conseiller mais ils ne s’en soucient pas vraiment et, à mon avis, ils nous regardent un peu comme si nous étions des amateurs et je ne pense pas que ce soit correct."

"Pourquoi avons-nous besoin de limites de piste ?"

Verstappen pense que la F1 devrait réfléchir à établir des limites de piste plus claires, et possiblement plus naturelles, afin de ne pas se poser ce type de questions : "La plupart du temps, quand vous regardez les caméras embarquées, la caméra est du mauvais côté."

"Donc l’angle donne presque l’impression que vous êtes en dehors, mais parfois vous ne l’êtes pas, vous êtes toujours en piste. Donc c’est très dur et je pense qu’on peut se rendre service en ajoutant un peu de gravier à la sortie ou autre."

"Comme en Autriche par exemple, pourquoi avons-nous besoin de limites de piste dans un virage où il y a naturellement du gravier et même si vous sortez, vous vous pénaliserez si vous allez large. Et si vous allez là, vous endommagez le plancher, donc votre voiture va plus lentement."

Verstappen pense ainsi que cela complique la vie de tout le monde : "Ils ne font que rendre les choses super difficiles pour eux. Bien sûr, les gens disent ’oui, restez à l’intérieur de la ligne blanche’ mais c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est tellement confus."

Un système "pas vraiment à la hauteur"

La grogne monte chez les pilotes à ce sujet, course après course, alors que nombre d’entre eux sont victimes de pénalités plus ou moins injustes. En Autriche, Sergio Pérez avait été pénalisé dans la partie de qualification suivant son infraction, ce qui avait empêché injustement Pierre Gasly de rejoindre la Q3.

Ce samedi en Hongrie, Gasly a eu aussi un tour annulé, tandis que Pérez a été rétrogradé puis replacé. Le Mexicain pense que la F1 doit adopter un outil plus adapté au problème : "Je pense simplement que le système n’est pas vraiment à la hauteur. Nous devons le revoir et voir comment nous pouvons mieux avancer pour avoir un peu plus de cohérence."

Quant à Gasly, qui ne comprenait pas après la qualification comment son tour avait pu être annulé, il milite aussi pour un changement de façon de contrôler ces limites : "A 100%. "Nous avons eu quelques problèmes. La dernière fois que j’ai été affecté par ces limites de piste en Autriche, j’étais 11e et Checo est sorti de la piste dans le virage 8, il n’a pas eu son tour effacé, donc j’ai manqué la Q3."

"Maintenant, j’ai manqué la Q2 à cause de l’inverse. Ils disent que d’après la vidéosurveillance, j’ai dépassé la ligne, mais nous devons vérifier parce que nous savons à quel point la qualité de la vidéosurveillance est moyenne et nous devons vérifier deux fois. Pour plus de cohérence, le mieux serait d’avoir un capteur dans la voiture et de l’avoir partout."

"Au virage 5, de toutes mes années de course, c’est-à-dire à peu près les 10 dernières années, je n’ai jamais eu de limites de piste dans ce virage. Et cette année, c’est une approche assez drastique. Et c’est pourquoi je pense que nous avons définitivement besoin d’outils plus précis pour nous assurer que ce soit toujours équitable."

Red Bull

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos