Formule 1

Limites de la piste : Masi assure que la FIA n’a pas changé de doctrine à mi-course

Rien n’aurait changé à mi-course et tout aurait été clair…

Recherche

Par Alexandre C.

29 mars 2021 - 08:01
Limites de la piste : Masi assure (...)

La confusion règne dans le paddock de F1 après l’affaire des « limites de la piste autour du virage 4 », comme il se doit de nommer la première controverse de l’année.

Il apparaît, selon la lecture des notes du directeur de course, que les pilotes n’étaient pas autorisés à aller au large au virage 4 en essais libres et en qualifications (les chronos étaient effacés). Mais en réalité, cette règle (première confusion…) n’a été appliquée que lors des EL2, elle n’était pas en vigueur pendant les EL1.

En course, la FIA avait précisé que les limites de la piste ne seraient pas « surveillées » au briefing des pilotes, le vendredi soir. C’est pourquoi les Mercedes se sont senties autorisés à exploiter tout l’espace disponible… au point de déclencher un appel radio de Red Bull pour Max Verstappen – l’équipe a prié son pilote d’en faire de même, puisque c’était permis pour les autres.

Mais la direction de course avait aussi précisé que les limites de piste seraient bien surveillées si un pilote gagnait un « avantage durable », c’est-à-dire principalement, si un pilote dépassait. Ce qu’a bien fait Max Verstappen face à Lewis Hamilton en fin d’épreuve.

Il ne faut donc pas confondre : il a toujours été interdit de dépasser comme Max Verstappen l’a fait en course. Red Bull l’a vite reconnu. Mais ce qui est plus questionné, c’est la cohérence de la FIA qui aurait changé de doctrine en plein milieu de la course (selon Lewis Hamilton et Christian Horner), suite à l’appel de Red Bull, au sujet des limites de la piste du virage 4, hors dépassement.

Michael Masi, le directeur de course de la FIA, avait donc du pain sur la planche pour s’expliquer alors que Christian Horner, Lewis Hamilton et Toto Wolff ont qualifié en chœur la doctrine de la FIA de confuse…

Sur le dépassement (sujet le moins controversé), le successeur de Whiting explique d’abord pourquoi il a vite demandé à Max Verstappen de relaisser passer Lewis Hamilton…

« Si un dépassement se produit avec une voiture qui sort hors de la piste, et obtenant par là un avantage durable, il a été dit que j’irai à la radio et suggérerai à l’équipe de renoncer immédiatement à cette position. »

« Cela a été très clair. J’ai suggéré à l’équipe de renoncer à cette position comme le prévoit le règlement sportif, ce qu’elle a fait. »

« Ce n’était pas pour avoir dépassé les limites de la piste. C’était pour avoir gagné un avantage durable en dépassant une autre voiture hors de la piste. »

Et si Red Bull n’avait pas écouté la FIA et son directeur de course ?

« Si l’équipe n’avait pas choisi de rendre cette position, la question aurait été soumise aux commissaires et il leur aurait appartenu de décider ce qu’ils jugeaient approprié dans les circonstances. »

« C’est généralement une pénalité en temps qui est imposée, d’après ce que nous avons vu, cela peut être cinq [secondes] ou 10. »

« En ce qui concerne la tolérance accordée aux pilotes qui courent en dehors des limites de la piste pendant la course, cela a été mentionné très clairement lors de la réunion des pilotes et dans les notes du directeur de course : les temps au tour signés en Grand Prix ne seraient pas contrôlés. »

« Cependant, dépasser les limites de la piste sera toujours surveillé conformément au règlement sportif, et cela veut dire qu’un avantage durable global ne doit pas être gagné. »

Quant à l’accusation de Mercedes et de Red Bull, selon lesquels la règle des limites aurait changé en plein milieu de la course, là encore, l’officiel se défend...

« Rien n’a changé du tout. Nous avions deux personnes qui regardaient dans cette zone, chaque voiture à chaque tour, et à peu près toutes les voitures, sauf une, faisaient ce qu’il fallait dans le cadre de ce que nous attendions d’une séquence générale. »

« Il y avait une voiture qui par moments faisait du hors piste, mais ce n’était pas une chose constante. »

L’explication de Michael Masi, le directeur de course de la FIA, laisse cependant circonspect. Quelle était d’abord cette voiture "hors piste et hors-la-loi" ? De plus si les limites de la piste n’étaient pas surveillées, pourquoi alors Lewis Hamilton a-t-il bien reçu un avertissement à la radio à la mi-course ? Et gagner un « avantage durable », n’est-ce pas aussi passer plus de 25 fois hors piste au virage 4 comme l’ont fait les Mercedes ?

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less