Formule 1

Liberty et la FIA ne veulent pas d’artifices pour améliorer le spectacle

Carey et Todt veulent trouver d’autres moyens

Recherche

Par A. Combralier

5 mars 2019 - 17:48
Liberty et la FIA ne veulent pas (...)

Comment faire pour améliorer le spectacle en F1 ? Resserrer les écarts entre les écuries, via la mise en place de budgets plafonds, modifier le règlement aérodynamique pour faciliter les dépassements : telles sont les principales pistes explorées officiellement par Liberty Media et la FIA dans cet objectif.

La FOM pourrait également pousser pour que le format des week-ends soit modifié : s’il y a moins d’essais libres, théoriquement, les écarts pourraient être nivelés ; raccourcir les courses pourrait également apporter plus de vivacité et d’intensité aux retransmissions TV.

Ces deux dernières pistes vont-elles se concrétiser ? Présent au salon de l’automobile à Genève, Chase Carey a mis les choses au clair : la F1 ne recherchera pas des solutions artificielles pour devenir plus attractive.

« Peut-être que je suis trop américain, mais je ne pense pas en fait que les courses soient trop longues. Chaque match ou sport que je suis en Amérique, est plus long que nos courses. »

« Nous voulons nous assurer de toujours rechercher des moyens pour améliorer l’expérience des fans, mais nous voulons dans le même temps respecter l’histoire du sport, respecter ce qui le rend formidable. Nous n’allons pas améliorer le sport par une série de gadgets. »

« C’est un sport merveilleux, un sport avec une histoire et des fans formidables. Il faut respecter cela, mais être aussi ouvert à des moyens pour continuer à créer de l’énergie, de l’excitation autour de ce sport. Et il faut le faire avec attention, quand vous avez un sport qui a autant de fans et une histoire aussi formidable que la nôtre. »

« Mais je ne pense pas que le but soit spécifiquement de raccourcir des courses, ou faire des choses comme cela. Il y a d’autres moyens, je pense, pour augmenter l’énergie et l’excitation autour de ce sport. »

Jean Todt, le président de la FIA, était présent à Genève aux côtés de Chase Carey. Il s’est plus précisément attardé sur le nouveau règlement aérodynamique, censé faciliter les dépassements.

Ce règlement a été rapidement critiqué par certains ingénieurs, pour son coût ou son inefficacité. Or, Kevin Magnussen comme Sergio Pérez ont été très optimistes à ce sujet après les essais de Barcelone… Il n’en fallait pas plus à Jean Todt pour regretter ces critiques précoces, « un peu malheureuses » selon lui.

« J’ai tout entendu : que c’était de l’argent gaspillé, ou une évolution fantastique pour faciliter les dépassements. Donc je suis excité de voir quel sera le résultat final. »

« Mais la F1 est un monde de controverse. Plutôt qu’avoir des gens ayant une attitude positive, pour construire le meilleur produit possible, les personnes à l’intérieur de la F1 essaient toujours de trouver quelque chose qui ne fonctionne pas. Ce qui est un peu malheureux. »

Jean Todt reconnaît toutefois que dans la F1 contemporaine, la voiture a beaucoup plus d’importance que le pilote, ce qui est fort regrettable…

« Nous avons de jeunes pilotes fabuleux qui arrivent, mais tout dépend de la voiture qu’ils piloteront. Ce n’est pas une question de jeunesse, c’est une question d’avoir la bonne voiture ou non. Si c’est le cas, ils seront compétitifs, sinon, ils seront derrière. »

« Un pilote sans une voiture compétitive ne fera rien. Si vous mettez Lewis Hamilton dans la pire voiture, il ne sera pas en pole et pas champion. Et donc vous avez des gens qui ont décidé de quitter la F1, comme Fernando Alonso, parce qu’il ne peut conduire une voiture capable de gagner. C’est ce que nous voulons corriger, autant que possible, sans artifices. »

FOM (Liberty Media)

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less