Les questions que l’on se pose sur la saison 2022 - 2ème partie

Ferrari de retour, Ricciardo pour faire oublier 2021, la remise en question de la FIA

Recherche

Par Paul Gombeaud

14 janvier 2022 - 07:00
Les questions que l'on se pose (...)

Ferrari de nouveau candidate au titre ?

La Scuderia revenait de trop loin en 2021 pour prétendre se battre avec Mercedes et Red Bull, mais elle a néanmoins affiché l’une des meilleures progressions de l’année en passant de sixième chez les constructeurs en 2020 à troisième l’an passé. Et le nouveau bloc propulseur introduit en fin de saison a déjà affiché de belles promesses pour le moteur 2022, qui sera entièrement nouveau du côté du V6 thermique.

Avec Charles Leclerc et Carlos Sainz, elle possède de plus un duo de pilotes très solide et homogène à son bord. Le Monégasque ne sort peut-être pas de sa meilleure saison, mais il n’a plus à prouver sa pointe de vitesse et nul doute qu’il serait en mesure de retrouver le chemin de la victoire avec une monoplace performante.

Quant à Carlos Sainz, l’Espagnol a démontré qu’il ne fallait pas le sous-estimer l’année dernière. De tous les pilotes ayant découvert une nouvelle équipe, il est celui qui s’est le mieux adapté et il s’est même offert le luxe de battre son coéquipier au championnat. Une première victoire en F1 en 2022 serait l’occasion pour lui de définitivement faire taire les derniers sceptiques, s’il y en a encore.

Mais si elle lutte bien pour le titre, la Scuderia pourrait néanmoins avoir d’éventuels problèmes en interne si ses deux pilotes performent. Les deux hommes semblent s’être très bien entendus en 2021, mais ils ne luttaient pas pour le titre. Et comme on l’a vu à l’époque de Nico Rosberg et Lewis Hamilton chez Mercedes, même une belle amitié peut voler en éclat lorsque l’enjeu devient trop important. Les nerfs pourraient ainsi être mis à rude épreuve chez les rouges.

Daniel Ricciardo de retour à son meilleur niveau ?

Le pilote australien est l’un des plus gros paradoxes de la saison 2021. S’il a semblé en difficulté toute l’année pour son adaptation chez McLaren, se faisant copieusement dominer par Lando Norris, il a permis à l’écurie basée à Woking de remporter sa première victoire en F1 depuis 2012 en gagnant à Monza. Mais ce fut un rayon de soleil au milieu de la tempête.

En effet, à l’image de ses débuts délicats chez Renault, Ricciardo n’a jamais semblé à l’aise au volant de la McLaren MCL35M, notamment au freinage alors que c’est ce qui faisait sa force lors de ses années Red Bull. Le voir de temps à autre éliminé en Q2 alors que Norris jouait les podiums a été un véritable crève-cœur et sans Monza, son année aurait été vraiment terne.

Cependant, l’espoir est là pour Ricciardo en 2022. Il avait été bien plus performant lors de sa deuxième saison chez Renault en 2020 et il a désormais un an d’expérience dans sa nouvelle équipe, où il aura eu la possibilité de travailler avec ses ingénieurs sur ce qui n’allait pas afin de faire les corrections nécessaires.

Si la voiture lui convient, il n’y a aucune raison de voir celui qui compte 10 victoires en Grand Prix ne pas retrouver son meilleur niveau cette année. Si tel était le cas, sa lutte interne avec à Lando Norris s’annonce explosive !

La FIA aura-t-elle appris de 2021 ?

Si la lutte pour le titre a été grandiose l’année dernière, impossible d’ignorer le rôle joué par la FIA. L’exemple d’Abu Dhabi et la gestion de la voiture de sécurité est bien sûr ce qui vient à l’esprit en premier, mais le reste de la saison a également été marqué par des choix pas toujours inspirés ou du moins réguliers.

Si la position de Michael Masi semble devenue intenable, il est toujours en place en tant que directeur de course à l’heure actuelle et si l’Australien n’est pas le seul à critiquer, il faut espérer qu’il sera mieux entouré et conseillé en 2022 afin d’éviter de nouvelles polémiques qui pourraient endommager l’image du sport.

Nul doute que la FIA aura travaillé sur ses erreurs, et le fait que les directeurs d’équipe ne soient désormais plus autorisés à interpeller le directeur de course en plein Grand prix est déjà un pas en avant. Souhaitons maintenant que certains précédents crées en 2021, notamment par les luttes parfois trop limites entre Verstappen et Hamilton qui ont résulté ou non en pénalités, n’influeront plus les résultats.

Ferrari

McLaren

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos