Formule 1

Les Pirelli seront un cran plus durs à Sotchi pour plus d’attaque en piste

Après un Grand Prix sous le feu des critiques à Singapour

Recherche

Par Alexandre C.

24 septembre 2019 - 15:42
Les Pirelli seront un cran plus (...)

Une semaine seulement après Singapour, la F1 enchaîne ce week-end en Russie. Le circuit du Sotchi, du point de vue pneumatique, présente un asphalte « plutôt lisse » selon Pirelli. Dès 2014, pour la première édition du Grand Prix, Nico Rosberg avait ainsi pu rallier remporter la course avec un seul arrêt.

Un arrêt est bien la norme à Sotchi. L’an dernier, Lewis Hamilton l’avait emporté sur une stratégie ultratendres-tendres, alors que Max Verstappen était parti en tendres pour finir en ultratendres (parti en fond de grille, il avait fini 5e).

La surface, depuis, a encore gagné en maturité, si bien que la piste n’est « pas spécialement exigeante » pour les pneus selon Pirelli. Le tracé n’impose pas non plus des charges trop sévères aux pneus, avec ses nombreux virages à 90 degrés.

Le virage 3 est cependant l’exception qui confirme la règle. Cette longue courbe à gauche, avec plusieurs points de corde, fait ainsi penser au fameux virage 8 du Grand Prix de Turquie.

Les défis de Sotchi concernent principalement la motricité et le freinage. Le pneu avant-droit est le plus sollicité.

En dépit de ce caractère peu abrasif, la sélection retenue cette année (C2, C3, C4, du plus dur au plus tendre) sera un cran plus dure que celle de l’an dernier, afin de permettre aux pilotes de davantage attaquer ; elle sera aussi un cran plus dure que celle du dernier Grand Prix de Singapour, qui a vu nombre de pilotes gérer leur dégradation en début de Grand Prix. Lando Norris avait même, à cette occasion, assez vertement critiqué la qualité et la durabilité des pneus italiens…

Dans les sélections de pneus, Lewis Hamilton s’est distingué en optant pour un seul train de durs, 4 de médiums (plus que tout autre pilote) et 8 de tendres.

La météo, généralement variable à Sotchi, pourrait également jouer son rôle – les chances de pluie ne sont pas négligeables.

« Nous amenons les pneus du milieu de notre gamme en Russie, avec une sélection un cran plus dure que l’an dernier » rappelle Mario Isola pour Pirelli. « Ces pneus devraient être bien adaptés à des conditions variées. Les forces longitudinales, plutôt que latérales, influencent le plus le comportement des pneus ici, avec un degré élevé d’évolution de la piste tout au long du week-end. »

« Anticiper les réglages et la stratégie pneumatique, en les adaptant à l’évolution des exigences du circuit, sera l’une des clefs du succès à Sotchi. »

« Le record absolu du circuit a été battu l’an dernier par Valtteri Bottas en qualifications l’an dernier. Voyons si ce record pourra être abaissé cette année. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less