Formule 1

Les pilotes payants aident à sauver la F1 en temps de crise

Danner juge qu’ils ne vont pas devenir majoritaires

Recherche

Par Emmanuel Touzot

2 juin 2020 - 17:18
Les pilotes payants aident à sauver (...)

Les pilotes payants ont souvent une image négative en Formule 1, étant régulièrement accusés de prendre la place de pilotes méritants n’étant pas soutenus financièrement.

Pourtant, ce sont bien eux qui ont réussi ces dernières années à sauver trois équipes, et à ramener un grand constructeur, lui aussi sauvé des eaux, en Formule 1 après de nombreuses années d’absence.

En effet, les deux noms cités récemment comme pilotes payants sont Lance Stroll et Nicholas Latifi, qui sont soutenus tous les deux par leur milliardaire de père, les deux hommes ayant décidé de soutenir massivement la F1.

Lawrence Stroll, via l’engagement de son fils Lance, a d’abord permis apporté des liquidités chez Williams, avant de sauver Force India de la faillite en la rachetant et en créant Racing Point, puisqu’il cherchait à se porter acquéreur d’une équipe.

Une fois cette tâche accomplie, il a également investi massivement chez Aston Martin, et sera à la tête du retour de la marque en Formule 1, via une exploitation de Racing Point, qui deviendra Aston Martin F1.

De son côté, Michael Latifi a d’abord investi massivement chez McLaren il y a deux ans, en dépit des liens de son fils Nicholas avec Williams. Un investissement totalement indépendant qui, à la vue des résultats du groupe McLaren cette année et de ses difficultés financières, a certainement aidé à sa survie.

Par ailleurs, il a également amené, en contrepartie d’une place pour son fils, de nombreux sponsors chez Williams, ainsi que des liquidités. Et dans une période où Williams admet qu’une vente est possible, le rôle de Latifi et de ses deniers est essentiel à la survie de cette légende de la F1.

L’ancien pilote Christian Danner est d’ailleurs convaincu que les pilotes payants, outre de bonnes surprises sportives, peuvent surtout apporter une contribution financière qui peut sauver des équipes et des emplois.

"L’argent aide toujours en F1" explique-t-il auprès de RTL. "Mais rien ne changera au sujet des pilotes payants classiques. Je présume que le marché des pilotes sera toujours aussi équilibré. Les pilotes qui partiront seront remplacés par d’autres pilotes talentueux."

Et de rappeler que les deux pilotes canadiens n’ont pas usurpé leur arrivée en F1 : "Latifi était vice-champion en F2 l’an dernier, et Stroll a remporté la Formule 3 en 2016. Ce sont de très bons pilotes de course."

Parmi les autres pilotes payants proches de la F1, on trouve le Russe Nikita Mazepin, dont le père Dmitri cherche à acheter une équipe, et Guanyu Zhou, pilote chinois soutenu par Renault. Et Danner rappelle que les grands noms d’aujourd’hui sont d’anciens pilotes soutenus.

"Mazepin a vraiment impressionné Mercedes avec son travail dans le simulateur et en essais, et Zhou était le meilleur débutant en Formule 2 en 2019. De toute manière, tous les pilotes de F1 paient d’une manière ou d’une autre."

"Sebastian Vettel a été promu par Red Bull bien avant la F1, et [Lewis] Hamilton était financé par McLaren en karting. Il n’y a pas forcément des pères riches derrière eux, mais de grosses entreprises."

"Mick Schumacher apporte aussi beaucoup de sponsors pour l’aider en Formule 2. Latifi amène de l’argent, c’est sûr, mais George Russell vient de Mercedes et il y a un bénéfice financier évident pour Williams sur la facture moteur."

Racing Point F1 - Aston Martin F1 Team

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less