Les pilotes évoquent les difficultés des non Européens pour arriver en F1

Beaucoup de sacrifices sont nécessaires à un très jeune âge

Recherche

Par Paul Gombeaud

8 mai 2022 - 18:09
Les pilotes évoquent les difficultés (...)

Alors que la Formule 1 est à Miami ce weekend, le fait qu’aucun pilote américain n’ait participé à un Grand Prix depuis 2015 est un sujet qui a souvent été évoqué en conférence de presse, la discipline devenant de plus en plus populaire aux Etats-Unis.

Mais il n’est pas toujours facile pour les pilotes originaires du continent américain de traverser l’Atlantique à un très jeune âge pour tenter de faire carrière en Europe. Et certains pilotes de F1 actuels peuvent en témoigner.

Le Mexicain Sergio Perez explique par exemple que "pour venir de cette partie du monde, je confirme que c’est très difficile pour nous d’aller en Europe alors que nous sommes très jeunes. C’est dur car vous devez grandir au milieu des meilleurs pilotes du monde et vous développer comme ça. J’espère que nous aurons bientôt un autre pilote né en Amérique qui rejoindra la discipline. Mais ce n’est pas simple quand vous venez de l’autre bout du monde."

Lance Stroll, qui est né au Canada, juge qu’il est "plus facile de gravir les échelons vers la Formule 1 en courant en Europe, ou en étant Européen. Si vous venez de l’autre bout du monde, vous devez aller en Europe pour courir en Formule 3 et ce n’est vraiment pas facile."

Nicholas Latifi est lui aussi Canadien et peut donc témoigner dans le même sens. Il n’oublie pas non plus de mentionner Daniel Ricciardo, qui vient d’Australie.

"C’est clairement un très gros engagement. Pas seulement pour les Nord-Américains, Daniel est concerné lui aussi. Mais oui, ça demande des sacrifices. Vous devez quitter votre famille, vos amis, votre maison, et le tout en étant très jeune."

"Lorsque je courais dans les formules de promotion européennes, je voyais la majorité des autres pilotes prendre un vol de deux ou trois heures pour rejoindre leur famille à l’issue d’un weekend, et je n’avais bien sûr pas ce luxe et c’était la même chose pour Checo, Lance ou Daniel. Mais j’étais malgré tout très heureux de le faire et de pouvoir concrétiser ma passion."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos