Les petites équipes sont aussi affectées par les budgets plafonnés en F1

Williams doit faire des compromis

Recherche

Par Alexandre C.

24 mai 2022 - 14:03
Les petites équipes sont aussi (...)

C’est LE sujet depuis Barcelone, les budgets plafonnés, leurs contraintes et le défi posé par l’inflation.

Mais on aurait tort de croire que le plafond budgétaire cette année n’affecte que les écuries de pointe qui sont à la limite et n’ont plus de marge de manœuvre (sauf accord à venir pour le remonter) : même pour des plus petites équipes comme Williams, la contrainte se fait également pesante.

Dave Robson, directeur de la performance chez Williams, est donc plus affecté par ce problème qu’en apparence, même si Williams n’opérait pas au-dessus du plafond les années précédentes.

Les budgets plafonnés prennent donc même Grove à la gorge. Comment gérer alors un calendrier efficace d’évolutions selon Robson ?

« C’est un défi difficile à relever, le plafonnement des coûts est une contrainte qui est réelle. Et il affecte ce que vous pouvez faire. Mais c’est juste une partie du nouveau défi. Et c’est la même chose pour nous tous, en général. »

« Mais ce que vous devez faire, c’est d’être impitoyablement efficace. Vous devez être très confiant, aussi confiant que possible à partir de la soufflerie, ou de la CFD. Quelle que soit l’évolution, lorsque vous vous engagez réellement à la faire, et à l’apporter à la voiture, il faut être très confiant dans sa réussite et son efficacité - et peut-être que nous en faisons un peu plus, que nous passons un peu plus de temps à faire cette R&D que nous ne l’aurions fait dans le passé. Et vous devez également être sûr que l’évolution ne fonctionnera pas seulement maintenant, mais que vous pouvez envisager un avenir pour elle en termes de développement du reste de la voiture. »

« Ce que vous ne pouvez pas vous permettre de faire, c’est de couper dans ce que vous avez fait et de changer des pièces entières. Tout doit fonctionner de manière cohérente. Et pas seulement ici et maintenant, mais il doit y avoir une certaine vision de ce à quoi cela ressemblera à l’avenir. Alors oui, c’est un défi. Mais c’est le même pour nous tous. C’est juste une nouvelle partie du jeu, et nous devons juste être un peu meilleurs que tout le monde. »

Pour une petite structure comme à Grove, la charge de travail supplémentaire pour s’assurer que les budgets soient contrôlés en bonne et due forme n’est pas négligeable, loin de là.

« Oui, c’est important pour le sport. C’est une bonne direction à prendre, et avec le temps, nous ferons en sorte que cela fonctionne. Mais c’est un peu délicat pour l’instant ; c’est certainement un peu de travail supplémentaire, a) pour penser à la façon dont vous le gérez, et travailler dans ce cadre, et puis b) le travail réel de comptabilisation. »

« Donc oui, c’est un travail supplémentaire, nous nous y retrouvons au sein de l’équipe, mais aussi en tant que sport plus globalement. Et avec un peu de chance, ça deviendra de plus en plus facile. Et nous aurons tous tendance à avoir une façon de faire les choses et tout le monde sera largement d’accord - mais je pense qu’il y a encore du travail à faire. fait partie des difficultés quand on rencontre quand on met en place quelque chose et qu’on grandit, mais cela en vaudra la peine une fois que nous y serons arrivés. »

Une contrainte chez Aston Martin F1 aussi

Andrew Green, directeur technique chez Aston Martin F1, a lui des dépenses supplémentaires à avaler (recrutement de personnel notamment), et à concilier avec le plafond. Rappelons cependant que la construction d’une toute nouvelle usine pour l’équipe à Silverstone n’entre pas dans les plafonds, car les dépenses d’investissement font partie des multiples exceptions (avec les salaires des pilotes, du senior management, les dépenses marketing et pour le personnel, etc.)

« Oui, de notre point de vue, en sachant d’où vient l’équipe… nous étions une petite équipe avec un budget limité, nous ne pouvions dépenser que le budget que nous avions. Nous avons donc abordé le plafonnement des coûts avec une trajectoire probablement différente de celle de beaucoup d’autres équipes, nous nous y sommes préparés. »

« Mais ce que nous avons constaté, c’est qu’en raison de la nature du point de départ de l’équipe, il nous manquait une grande partie de l’infrastructure nécessaire, ou nous manquions une grande partie de l’infrastructure nécessaire pour être en mesure de mieux gérer un écart de coût, pour avoir réellement les contrôles en place, et avoir réellement la visibilité en place pour savoir ce que nous dépensions réellement, sur quoi nous le dépensions, combien nous dépensions. Et donc, il y a eu une énorme quantité de travail au cours de la dernière année environ pour mettre en place l’infrastructure nécessaire pour pouvoir travailler avec cela. »

En F1 il n’y a donc plus seulement deux règlements qui comptent, le sportif et le financier ; mais bien un troisième tout aussi crucial, le règlement financier, conclut Green.

« Il s’agit d’une nouvelle série de règlements. C’est la troisième série de règlements sur laquelle nous travaillons. Nous avons passé notre vie à travailler avec des règlements techniques et sportifs et ceci est un tout nouvel ensemble de règlements, le troisième. Donc, pour nous, il s’agit toujours de mettre en place toute l’infrastructure pour nous permettre de travailler efficacement sans faire peser sur tout le monde l’écart de coût, car autrement, il pèserait sur tout le monde parce qu’il a une grande portée. C’est et cela a été un véritable défi pour nous. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos