Les messages radio d’Alonso sont la preuve de sa ’capacité cérébrale supplémentaire’

Une caractéristique des plus grands selon McNish

Recherche

Par Paul Gombeaud

16 janvier 2023 - 16:34
Les messages radio d'Alonso (...)

A l’image de certaines légendes de la Formule 1, Fernando Alonso possède une "capacité cérébrale supplémentaire" d’après l’ancien pilote Allan McNish et cela se ressent à travers les messages radios de l’Espagnol.

McNish entend par là la que le double champion du monde, y compris lorsqu’il se bat roue contre roue contre un adversaire en pleine course, est capable d’envoyer un message qu’il veut rendre publique.

On peut évidemment penser à ses interviews et commentaires qui visaient les problèmes de fiabilité d’Alpine F1 la saison dernière, ou bien sûr à ses attaques envers Honda à l’époque McLaren entre 2015 et 2017.

Pour illustrer ses propos, McNish évoque un test qu’il menait avec McLaren en 1989 aux côtés d’un certain Ayrton Senna. Il y avait à l’époque beaucoup moins de données disponibles pour les pilotes et ingénieurs, ce qui rendait la capacité mentale d’un pilote encore plus importante.

Mais selon lui, cet élément reste à ce jour déterminant pour faire la différence entre un bon et un grand pilote, et ce malgré les technologies qui ont fortement évolué.

"La personne qui était dans l’autre voiture n’était autre qu’Ayrton Senna," se souvient l’Ecossais.

"A la fin du test, et nous parlons de l’équipe qui était alors championne du monde avec Honda, ils imprimaient des courbes de vitesse pour voir à quel point la voiture était rapide dans les virages. Il y avait une courbe qui indiquait l’accélération et une autre le freinage."

"Et puis ils imprimaient la courbe d’Ayrton et les mettaient ensuite à la lumière pour voir les différences et vous ne pouviez tout simplement pas superposer les lignes. C’était si basique et le pilote devait alors avoir d’autres compétences, car il devait se rappeler de ce que la voiture et les pneus faisaient durant 65 tours."

"Pour ma part, j’avais l’habitude de prendre le tableau des stands, même si on faisait une longue course ou autre, et je m’assurais qu’ils décomptaient les tours. Et ensuite, je me disais : ’Bien, ceci est arrivé au tour 20 dans tel virage’, et je l’enregistrais dans ma tête."

"Ensuite, vous transmettiez les informations à l’ingénieur et il notait toutes sortes de choses différentes, puis il essayait de les rassembler. Vous étiez donc effectivement l’enregistreur de données sauf que, parfois, la mémoire était un peu plus petite que les données qui entraient !"

"Mais maintenant c’est complètement différent. Le monde est comme ça, mais je crois toujours que le pilote qui a la capacité cérébrale nécessaire pour gérer tout ça s’occupera d’autres choses, comme les stratégies de course désormais."

"C’est à l’image d’un pilote comme Fernando, qui est capable de faire ces commentaires très clairs qui sont purement pour les relations publiques à la radio alors qu’il est roue contre roue avec quelqu’un qui passe à l’extérieur d’un virage en cinquième vitesse, c’est parce qu’il a cette capacité cérébrale supplémentaire."

"Donc pour moi, les compétences pour lesquelles vous utilisez vos mains, vos pieds et votre cerveau ont changé, mais vous avez toujours besoin de ces compétences pour être capable de le faire en premier lieu."

Aston Martin F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos