Formule 1

Les lests hérissent les patrons, Renault propose une autre solution

Infliger des pénalités en temps plutôt que des pénalités sur la grille

Recherche

Par A. Combralier

20 septembre 2019 - 19:47
Les lests hérissent les patrons, (...)

Remplacer les pénalités moteur sur la grille par des lests : cette piste de travail est désormais officiellement explorée par la F1, comme nous vous le rapportions plus tôt dans la journée.

Elle comporte évidemment des avantages – faciliter la lecture des grilles de départ – et de sérieux inconvénients – il faudrait sans cesse rappeler, en plein Grand Prix, pourquoi tel pilote est subitement plus lent.

Cette idée a immédiatement déclenché une vive opposition parmi les directeurs d’écurie, qui ont été interrogés dans le paddock de Singapour.

« Je ne suis pas un grand fan – pas du tout – des lests » a pour sa part réagi Frédéric Vasseur, chez Alfa Romeo. « Ce serait même pire pour la course. Au moins, quand vous avez une pénalité, vous commencez de l’arrière de la course. Et ça peut pimenter un peu le Grand Prix. Mais si vous avez des pénalités en kilos, alors, ce serait même pire. »

« Je suis d’accord » abonde Günther Steiner du côté de Haas. « Le lest, c’est encore plus difficile à expliquer pour les spectateurs. Soudainement, pourquoi une voiture irait-elle plus lentement que d’autres ? Nous devons trouver un système de pénalités qui soit assez sévère. Mais pour le moment, ce qui existe aujourd’hui ne fonctionne pas trop mal, je pense, donc je préfère garder ce système plutôt que d’avoir des lests. »

Christian Horner, le directeur de Red Bull, apporte d’autres arguments à ceux de ses homologues.

« Nous l’avons vu dans d’autres catégories : les lests ne fonctionnent pas. Cela vous pourrit tout votre week-end, et pas seulement vos qualifications. Le seul point négatif du système actuel, c’est que cela prive certainement de la possibilité, pour les fans qui viennent le samedi, de voir des pilotes aller chercher une place sur la grille en qualifications. A Monza, Max a simplement roulé pendant quelques tours en Q1, sans vouloir progresser en Q2. Si nous pouvons trouver un système plus équilibré – plutôt que de partir simplement à l’arrière de la grille – il faudrait le considérer, afin d’encourager toujours les pilotes à lutter pour une position sur la grille en qualifications. »

De son côté, Cyril Abiteboul va plus loin en ayant une recommandation clef en main à proposer à la FIA.

« Notre position n’a pas changé depuis un moment. Nous suggérons d’infliger une pénalité de temps au lieu d’une pénalité sur la grille. Une pénalité de temps que vous pourriez observer pendant un arrêt aux stands, ou qui serait ajoutée à la fin de la course, et qui encouragerait simplement le spectacle sans altérer la position de départ, ou sans perturber les qualifications. Et franchement, je ne comprends pas pourquoi cette solution n’est pas plus soutenue. Il doit y avoir une raison. »

Cyril Abiteboul a déjà trouvé un soutien pour cette mesure, en la personne de Zak Brown chez McLaren !

« Je suis d’accord avec Cyril. Tu gagnes mon vote ! Une pénalité de temps est assez claire à comprendre. Cela ne change pas votre position de départ, et vous l’observez pendant les arrêts aux stands. La stratégie rentre en jeu – il faut décider quand s’arrêter, décider quels pneus chausser, etc. Donc ce serait la perturbation la plus simple et la plus facile à comprendre, en plus d’ajouter un peu d’excitation en Grand Prix. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less