Formule 1

Les gens ne savent pas tout : Abiteboul s’explique sur le revirement de Renault F1 sur Racing Point

Le plus important était l’engagement de la FIA à changer le règlement

Recherche

Par Alexandre C.

29 août 2020 - 08:21
Les gens ne savent pas tout : (...)

Surprise ! Alors que Renault avait été à l’origine de la plainte contre Racing Point, alors que l’équipe française avait été une des plus virulentes dans l’affaire de la Mercedes rose… Renault a tout simplement décidé d’abandonner son appel suite à la première décision de la FIA.

Comment expliquer un tel revirement ? Dans le paddock de Spa, Cyril Abiteboul a déclaré avoir été satisfait des engagements de la FIA visant à interdire les copies de voitures à l’avenir. Racing Point sera donc punie par un changement de règlement l’an prochain… et à compter de 2022.

« Je comprends qu’il y a peut-être des éléments à attendre et à voir pour que les gens apprécient ce que nous avons fait, pourquoi nous l’avons fait et pourquoi nous abandonnons si tôt ; je pense qu’il manque certains éléments qui apparaîtront dans les prochaines semaines. »

« En gros, ce que nous avons fait depuis le début, c’est chercher à obtenir une garantie et nous assurer que nous partageons avec la FIA et la Formule 1 la vision que le championnat est un championnat pour les constructeurs. Pas des constructeurs, au sens constructeur automobile, mais des gens qui construisent, conçoivent leur voiture, possèdent la propriété intellectuelle de la voiture avec 10 conceptions originales et des concepts aérodynamiques originaux. Nous ne voulons pas d’un championnat de la copie ou du traçage. »

« Nous voulions donc nous assurer que, quoi que dise la réglementation actuelle, la réglementation future fera en sorte que ce soit le cas [qu’il y ait 10 équipes originales]. Et nous avons reçu des garanties que c’est la vision de la F1, mais aussi que le règlement évoluera dans cette direction afin d’éviter toute ambiguïté. C’est donc ce qui se passe. »

« C’est un peu un travail en cours. Le règlement ne peut pas être voté maintenant parce que nous sommes entre deux Accords Concorde, deux gouvernances. Mais dès que le nouvel accord sera en place, ces règlements évolueront dans cette direction. »

Cyril Abiteboul invoque également sa décision par l’incertitude juridique : Renault n’aurait pas été certaine de gagner en appel...

« La procédure d’appel est très complexe et c’est un processus plein de doutes et d’incertitudes. Nous ne savons pas ce qui aurait pu se passer à l’issue de ce processus. Nous n’avons donc aucune certitude que nous nous serions retrouvés dans une meilleure situation sportive. »

Abiteboul a été aussi très compréhensif au sujet du rôle joué par Mercedes dans cette affaire, qui a transmis à Racing Point des données, des pièces et peut-être plus à son partenaire moteur...

« Mercedes est une grande marque, c’est un partenaire de Renault. Mais dans une certaine mesure, tout le monde est partenaire de tout le monde dans ce paddock. »

« Aston Martin, la future marque de Racing Point, est aussi un partenaire très fort de Mercedes et Daimler, il y a beaucoup de preuves de cela. »

« Je pense donc que nous sommes concurrents. Nous avons essayé dans le passé de nous engager et de développer une certaine synergie avec Mercedes. Maintenant que nous avons à nouveau un engagement pour une période plus longue en Formule 1, c’est peut-être le genre de chose que nous pouvons faire à l’avenir. »

« Mais ce qui importe, ce que nous voulions, c’est une clarification du règlement et c’est ce qui va se passer. »

Outre Racing Point, Cyril Abiteboul doit aussi gérer, bien sûr, l’avenir de sa propre équipe et notamment de son département moteur à Viry. Avec la perte de McLaren, qui reviendra chez Mercedes, Renault n’aura plus d’équipe cliente. Et ce n’est pas la meilleure des situations, reconnaît le manager français qui passe ainsi une petite annonce.

« Avec le renouvellement des Accords Concorde, mais aussi avec la confirmation de notre engagement en Formule 1 pour l’avenir, il est clair que nous devons examiner notre organisation et voir ce qui est bon, ce qui est positif et aussi ce qui manque. »

« J’ai toujours dit que même si nous ne sommes pas désespérés d’avoir une équipe cliente, je pense qu’il est bon et préférable d’avoir des équipes partenaires dans le paddock pour le développement des moteurs, mais peut-être pour tirer le meilleur parti du règlement et couvrir les autres types de réglages que vous avez dans le paddock. Nous pouvons voir l’avantage que cela procure. »

Renault F1 - Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less