Formule 1

Les écuries de pointe relaient des ‘inquiétudes’ voire leur ‘nervosité’ pour 2021

Le règlement est loin de faire l’unanimité

Recherche

Par A. Combralier

28 septembre 2019 - 10:49
Les écuries de pointe relaient des (...)

Plus le temps passe, plus il semble clair que les écuries de pointe sont remontées contre le projet actuel du règlement 2021, qui doit être encore entériné d’ici la fin octobre. Ferrari, Mercedes et Red Bull s’opposent toutes, notamment, à une standardisation trop poussée de la F1, qui court, selon ces écuries, le risque de perdre son ADN.

Comme pour mieux dramatiser la portée du changement prévu, James Allison, le directeur technique de Mercedes, a commencé par rappeler, à Sotchi, que le changement en question était certainement « vraiment très important », ce qui le rendra « spécialement difficile à mettre en œuvre. »

Ferrari a été la première des écuries de pointe à monter l’opposition face à la standardisation, et Laurent Mekies, le directeur sportif de la Scuderia, confirme les « inquiétudes » à ce sujet.

« Le spectacle proposé pour le moment est bon, et nous faisons toujours un peu attention : car un changement d’un telle magnitude, comme James l’a dit, pourrait avoir beaucoup de conséquences non-voulues. Et nous en discutons toujours avec la FOM… pour nous assurer de ne pas finir avec quelque chose qui ne soit pas aussi bon que ce que nous avons aujourd’hui. »

« Pour ce qui concerne Ferrari, nous avons toujours senti que l’ADN de la F1 était d’avoir des voitures très différentes, et donc, l’idée d’avoir des zones dans le développement très standardisées – et d’autres domaines où le développement serait très limité – est toujours un point que nous aimerions améliorer pour 2021. »

« Nous sommes complétement en faveur de la réduction des coûts, du règlement financier, des budgets plafonnés. Nous sommes un petit peu plus nerveux et précautionneux sur ce que cela signifiera pour la F1, si nous arrivons à une situation où toutes les voitures se ressembleront, en ayant beaucoup plus de pièces standardisées. C’est là où est la différence. »

« Nous pourrions aussi ajouter, ironiquement, que pour nous préparer à ce règlement 2021, il faudra en fait engager beaucoup de dépenses, de R et D notamment… Il faudra faire tourner plusieurs programmes différents en parallèle, et cela aura un coût. »

Malheureusement pour la FIA et la FOM, le point de vue de Ferrari n’est pas isolé. Paul Monaghan, ingénieur en chef chez Red Bull, relaie ces inquiétudes.

« Oui, c’est un gros défi. Donc nos ressources sont déployées sur des programmes multiples, alors que le changement proposé pour 2021 est énorme. Ce n’est pas une évolution comme entre 2016 et 2017… ce sera immensément difficile. »

« Nous avons des inquiétudes sur le projet de règlement. Ce serait inapproprié de les étaler en public. Si ce sont les mêmes que celles de Ferrari, alors, cela renforcera leur poids sans doute. Mais oui, ces inquiétudes concernent la nature du règlement et du projet soumis. »

James Allison, le directeur technique de Mercedes, conclut la discussion en rappelant que le règlement est « toujours en train d’être discuté » et que les écuries ne veulent pas « trop rentrer dans les détails. »

« Mais les inquiétudes concernent toutes l’équilibre qu’il faut trouver entre le désir d’une équipe de produire de la performance en concevant son propre design, en faisant son propre travail d’ingénierie… et le désir du sport d’égaliser un peu les performances. A un certain degré, le sport est une compétition darwinienne, et cela fait partie de son charme. »

« Il faut donc trouver un équilibre entre le désir des équipes de tirer profit au maximum des opportunités possibles ; et le désir des propriétaires de niveler un peu tout, pour faire en sorte que n’importe quelle équipe pourrait gagner n’importe quel Grand Prix. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less