Formule 1

Les budgets plafonds toujours prévus pour 2021, une bonne nouvelle pour le spectacle en F1 ?

Les nouvelles F1 arriveront en 2022, mais les budgets plafonnés dès 2021

Recherche

Par A. Combralier

26 mars 2020 - 18:04
Les budgets plafonds toujours prévus (...)

Le règlement technique de 2021 est reporté, les budgets plafonnés non

La pandémie de coronavirus aura eu raison (au minimum) des 7 premières courses de la saison, et a conduit la F1, la FIA, la FOM et les équipes à prendre des mesures drastiques autant que souhaitables. Ainsi, l’entrée en vigueur du nouveau règlement, normalement prévue en 2021, a été reportée d’une année, en 2022. En 2021, le règlement restera au contraire stable, les écuries pouvant même homologuer leur châssis de l’année précédente.

Ce report était nécessaire pour les équipes de milieu de grille (Williams, Haas…) qui seront en particulier affaiblies par les conséquences économiques du coronavirus. En effet, en raison de l’annulation de plusieurs Grands Prix, le prize-money à distribuer devrait être moindre que d’habitude – voire devrait s’effondrer ; or, de nombreuses petites structures dépendent prioritairement de ces revenus pour survivre, comme le rappelait récemment Claire Williams.

Avec des ressources en moins, et des usines fermées jusqu’au milieu du printemps, ces équipes de milieu de grille n’auraient pu préparer la révolution réglementaire dès 2021 dans de bonnes conditions, et auraient ainsi couru le risque de se présenter avec une monoplace très peu compétitive… alors même que le but de ce nouveau règlement est de rapprocher les performances.

Cependant tous les éléments du nouveau règlement ne sont pas reportés d’un an : si le règlement aérodynamique et technique est bien décalé, le règlement financier, avec l’introduction des budgets plafonnés, entrera lui toujours en vigueur en 2021.

Cela ne changera évidemment rien pour les petites équipes, mais contraindra les plus grandes à faire de nouvelles économies en des temps difficiles.

De prime abord, ce non-report des budgets plafonds est une bonne nouvelle pour le rapprochement des performances et ainsi le spectacle : les écuries de pointe auront en effet à développer une nouvelle monoplace sous la contrainte des budgets plafonnés. Ces derniers mois, avant l’épidémie de coronavirus, la plupart des patrons avaient d’ailleurs regretté l’entrée en vigueur tardive des budgets plafonnés – leur souhait a été, d’une certaine manière, exaucé.

Cependant, les effets bénéfiques de cette nouvelle donne peuvent aussi être relativisés. Tout d’abord parce que les écuries de milieu de grille devraient ainsi sortir très affaiblies de cette situation exceptionnelle : dès lors, même si les écuries de pointe devront réduire leurs budgets, Williams, Haas, Alfa Romeo et consorts auront peut-être à réduire dans des proportions plus importantes encore leurs propres budgets, tout simplement pour ne pas disparaître.

De plus, il faut se rappeler que contrairement à ce qui avait envisagé, le plafond budgétaire n’a pas été abaissé et demeurera à 175 millions de dollars (même si des discussions ont été relancées à ce sujet), avec de nombreuses exceptions (salaires des pilotes et des ingénieurs stars, budgets unité de puissance et marketing…).

Une bonne solution, pour rééquilibrer la donne, serait peut-être d’imposer une forme de contribution solidaire et exceptionnelle – une forme d’impôt sur la fortune, que paieraient exceptionnellement les écuries de pointe pour permettre aux écuries de milieu de grille de survivre. Il s’agit certainement d’une piste utopique dans une F1 qui demeure, quoi qu’on en pense, darwinienne…

Les essais hivernaux 2021 désormais inutiles ?

C’est pourquoi la F1 explore très officiellement – comme l’a précisé la FOM sur son site officiel – des pistes complémentaires pour discuter « de nouvelles économies et de réductions de coûts. »

Une piste pourrait être de supprimer purement et simplement les essais hivernaux de 2021. Ils seront en effet bien moins utiles que de coutume, puisque les châssis 2020 pourront être réemployées en 2021 dans le contexte d’une stabilité du règlement quasi-totale.

Dans le cas d’un maintien des essais hivernaux, ceux-ci pourraient toujours être mis à contribution pour offrir, enfin, du temps de piste aux rookies et aux pilotes de développement qui, depuis les interdictions des essais en cours d’année, manquent cruellement de roulage sur piste réelle…

Dans tous les cas, report des budgets plafonnés ou non, l’épidémie de coronavirus menace l’entièreté de l’économie de la F1 en général et des écuries de milieu de grille en particulier. Attention à la déroute…

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less