Formule 1

Les accrochages entre équipiers sont traités avec indulgence par la FIA

Masi explique le verdict contre les pilotes Ferrari en Styrie

Recherche

Par Emmanuel Touzot

14 juillet 2020 - 11:08
Les accrochages entre équipiers sont (...)

Le directeur de course de la FIA, Michael Masi, admet que les commissaires peuvent se montrer plus indulgents lorsque deux équipiers s’accrochent. C’est ce qui s’est passé dimanche en Styrie après l’accrochage entre les deux Ferrari.

Charles Leclerc a harponné Sebastian Vettel, forçant finalement les deux équipiers à abandonner, et les commissaires ont déterminé qu’aucune action supplémentaire n’était nécessaire.

"Les commissaires ont déterminé que l’incident n’avait pas besoin d’enquête approfondie" a déclaré Masi, qui admet que les accrochages entre équipiers sont vus différemment par la direction de course. "C’est évidemment pris en compte, mais je ne sais pas si c’est un facteur déterminant."

"Nous avons vu des incidents entre deux équipiers être pénalisés auparavant, donc je pense que c’est pris en compte depuis de nombreuses années. Pour être honnête, je pense surtout que la manière dont c’est pris en compte dépend de la sévérité des incidents."

Le dépassement de Lance Stroll sur Daniel Ricciardo en fin de course, où le pilote Renault a été obligé de passer hors piste, a également soulevé des questionnements après qu’aucune sanction n’a été infligée au Canadien, et Masi explique ce verdict.

"Ils se sont penchés sur le cas et de ce que je comprends, les commissaires ont estimé qu’aucun des deux pilotes n’était particulièrement à blâmer pour l’incident lorsqu’ils se sont penchés dessus."

"La règle dit qu’un pilote doit être entièrement responsable, ou de manière prédominante, pour qu’il y ait sanction, et selon eux, aucun des deux pilotes n’était particulièrement à blâmer, il n’y a pas eu d’infraction au règlement et aucune action n’était nécessaire."

Ferrari

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less