Formule 1

Les Accords Concorde ont sauvé ‘l’appétit’ de Gene Haas pour la F1

C’est ce que pense Günther Steiner

Recherche

Par Alexandre C.

30 août 2020 - 14:08
Les Accords Concorde ont sauvé (...)

La redistribution des revenus prévue par les nouveaux Accords Concorde est-elle de nature, combinée aux budgets plafonnés, à réduire franchement les écarts sur la grille ? Günther Steiner, chez Haas, l’aimerait bien... mais y croit-il ? Et la nouvelle clause de sortie en fin de saison ne permettra-t-elle pas aussi plus facilement à Gene Haas de dire stop ?

Steiner a répondu à toutes ces interrogations...

« Les équipes de pointe sont assez grandes, même avec le plafond budgétaire, les équipes seront toujours grandes et vous ne pouvez pas planifier seulement votre avenir en F1 avec un horizon de quelques mois, parce qu’alors vous ne réussirez jamais. Le problème pratique est que, même s’il y a une clause de sortie théorique, vous pouvez l’activer mais vous ne pouvez pas la planifier. Parce que si vous planifiez cela, vous ne réussirez pas et vous ne ferez que perdre votre temps et votre argent en prenant année après année, à court terme. »

« Donc, je pense que l’accord est aussi bien que possible et je pense que la plupart des équipes voient cela comme un accord de cinq ans, sans avoir l’intention de l’arrêter plus tôt. »

Ces Accords Concorde sont censés amener plus d’égalité et d’équité, mais ils pérennisent aussi les avantages historiques de Ferrari ? Günther Steiner enrage-t-il de voir des millions précieux lui échapper ?

« Il est certain que les petites écuries ne seront jamais heureuses tant qu’elles n’auront pas obtenu plus et que cela ne sera pas "inégalitaire" en leur faveur. En ce qui concerne les détails, je ne veux pas entrer dans les détails ici, de l’accord commercial, il est entre les parties, mais je pense qu’un grand pas a été fait. Il est presque impossible de rendre dix personnes complètement heureuses, dont la structure est différente pour chacune d’entre nous, alors je pense que c’est un bon pas dans cette direction et je suppose que tout le monde était heureux, car tout le monde a signé. »

Günther Steiner est en particulier rassuré sur l’engagement de Gene Haas, le propriétaire, dans le sport à moyen terme.

« C’est une grande aide de savoir que tout est fait - je peux être aussi optimiste que je le veux, mais les choses ne sont jamais faites tant qu’elles ne sont pas faites - et maintenant que Gene a signé, nous pouvons nous concentrer sur l’avenir, ce qui est ce que j’aime faire. »

« Il y avait beaucoup de choses à faire, mais maintenant nous pouvons clairement nous concentrer sur l’avenir, et c’est ce que nous allons faire au cours des prochains mois et des cinq prochaines années. »

« Nous avons beaucoup travaillé au cours des derniers mois pour que Haas et Gene puissent s’engager et aller de l’avant et nous y sommes parvenus. La Formule 1 reste un très bon outil de marketing mondial pour Haas Automation et donc, avec les nouveaux règlements financiers qui arrivent et le nouvel accord, avec la répartition révisée des revenus et avec les budgets plafonnés, Gene avait encore de l’appétit pour cette F1. Il est certain que ce sont les facteurs déterminants de sa décision. »

Sur le plan sportif comme sur le plan financier, Haas, comme les équipes de milieu de grille, apparaît comme la grande gagnante de ces nouveaux Accords Concorde.

« Le plus important est que vous puissiez être compétitif - nous devrions niveler la compétitivité du plateau - parce que personne n’est autorisé à dépenser plus d’argent dans les limites du plafond budgétaire réglementé, et si vous pouvez obtenir cet argent, ou presque, vous devriez être compétitif. »

« Actuellement, c’est impossible, parce qu’on ne peut jamais avoir la bonne quantité de ressources (de l’argent en gros) pour battre les grandes équipes. Parce que si vous vous approchez de la performance, elles ne font que rajouter 10% de ce qu’elles dépensent et elles continuent à progresser. Avec le nouveau règlement, c’est impossible. »

« Nous ne disons pas qu’à court terme, la grille sera d’un niveau égal, mais à moyen et long terme, c’est maintenant entre nos mains : quiconque fait du bon travail peut être compétitif. Et quand on est compétitif, on devrait pouvoir trouver des sponsors, on obtient plus de prix, et cela rend aussi la société plus viable financièrement. »

« Il ne s’agit pas seulement d’être compétitif en milieu de grille, mais aussi de se battre en première ligne, car en théorie, nous sommes tous dans la même position. Et cela signifie que, sur le plan commercial, vous devez faire du bon travail et trouver des sponsors qui vous amènent au plafond budgétaire - l’écart n’est plus de plusieurs centaines de millions, mais de plusieurs dizaines de millions. C’est encore beaucoup d’argent, mais c’est beaucoup mieux qu’avant ! Avant, l’écart entre les grandes et les petites équipes était peut-être de 100, 150 millions, maintenant il est peut-être de 10 à 30 millions. C’est un grand pas dans la bonne direction. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less