Leclerc : On ne ’peut pas se permettre’ des batailles internes en course

Le Monégasque avertit Sainz et Ferrari après le Sprint F1

Recherche

Par Emmanuel Touzot

9 juillet 2022 - 18:41
Leclerc : On ne 'peut pas se (...)

Peu loquace au sujet de sa lutte avec Carlos Sainz lors des interviews post-Sprint, Charles Leclerc s’en est un peu plus ému lors de la conférence de presse qui a suivi. Le pilote Ferrari, qui avait prévu de ne pas attaquer en début de Sprint pour aller chercher Max Verstappen après, s’inquiète pour la course.

"Je pense que demain va être une longue course, et la gestion des pneus sera assez importante par rapport à aujourd’hui" note le Monégasque. "Demain, nous ne pourrons probablement pas nous permettre de faire ce que nous avons fait aujourd’hui."

Bien qu’il soit agacé, Leclerc ne pense pas qu’il aurait pu gagner face à Verstappen, même sans les attaques de Sainz : "Est-ce que cela a été suffisant pour obtenir la victoire ? Je ne pense pas. Max gérait également les pneus une fois qu’il avait de l’avance. Donc nous ne saurons jamais ce qui se serait passé. C’est comme ça."

Peu d’enjeu à ces luttes dans le Sprint

De son côté, l’Espagnol minimise la gravité des combats entre lui et Leclerc durant ce Sprint F1 : "Je pense qu’aujourd’hui il y avait très peu à gagner ou à perdre par les combats. On parle d’un point de plus un point de moins."

"Il n’y a pas beaucoup de points en jeu lors des courses Sprint. Et puis Max a semblé avoir le contrôle de toute la course, alors qu’il était en tête. Donc ce n’est pas comme si nous avions perdu quelque chose, fondamentalement."

Leclerc ne sait pas ce que lui et Sainz auront comme consignes demain en matière de lutte, et il renvoie la question à Mattia Binotto, le directeur de Ferrari : "Je ne sais pas pour les règles d’engagement. Évidemment, ce n’est pas nous qui décidons. Ce sera Mattia."

Sainz confirme que Binotto décidera, et relativise de nouveau les attaques portées à l’autre Ferrari ce jour : "Mattia décidera avec l’équipe, mais ce n’est pas comme si nous avions perdu beaucoup. I ne semblait pas que Max paniquait trop devant, avec son rythme."

"Mais oui, nous devons nous assurer que nous restons plus proches au début du premier relais, et que nous sommes plus proches à la fin du relais. Je pense que c’est ce que nous devons essayer de faire demain."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos