Leclerc n’en veut ’évidemment’ pas à Verstappen pour le tear-off

Le pilote Ferrari espère des solutions à l’avenir

Recherche

Par Emmanuel Touzot

1er septembre 2022 - 16:44
Leclerc n'en veut 'évidemment

Charles Leclerc a connu une grande malchance à Spa-Francorchamps, dès le début de course. Le pilote Ferrari a vu un tear-off de Max Verstappen se loger sur sa voiture, causant une surchauffe et l’obligation de s’arrêter aux stands dès le début de course.

Mais le Monégasque est philosophe face au problème des protections de visière, jugeant que les pilotes ne peuvent pas savoir quelle sera la conséquence quand ils les jettent derrière eux.

"En toute honnêteté, vous ne pouvez pas calculer cela. C’est comme ça" rappelle Leclerc. "Peut-être qu’à l’avenir, ce serait bien si nous pouvions trouver une solution pour garder le tear-off à l’intérieur de la voiture."

"Dans cette situation particulière, quelqu’un perdait de l’huile et je ne pouvais rien voir à travers ma visière, et les autres pilotes ne pouvaient rien voir à travers leurs visières non plus."

"La première occasion que nous avons eue d’enlever le tear-off était dans cette ligne droite, donc je me suis retrouvé avec des tear-offs qui volaient partout, et dans ce cas, vous ne pouvez pas faire grand chose en tant que pilote."

"Évidemment, je ne suis pas du tout en colère contre Max. Ce n’est pas la faute du pilote mais nous pourrions regarder quelque chose pour trouver un moyen de mettre le tear-off quelque part dans la voiture."

En 2016, la direction de course avait réfléchi à obliger les pilotes à les jeter dans le cockpit, mais avait finalement convenu que cela était plus dangereux que de s’en débarrasser en piste, avec pour seul risque le problème des freins.

Leclerc pense toutefois qu’il y a d’autres solutions à trouver : "Je suppose qu’il y avait des raisons pour lesquelles cette règle a été supprimée, dont je n’ai pas connaissance. Mais peut-être y a-t-il d’autres solutions."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos