Formule 1

Leclerc : J’ai un instinct de tueur, j’ai toujours été comme ça

Même s’il fut intimidé par ses débuts chez Ferrari

Recherche

Par A. Combralier

22 mars 2020 - 17:58
Leclerc : J’ai un instinct de tueur, (...)

Rude bataille avec Max Verstappen au Red Bull Ring, accrochage en piste avec son propre coéquipier Sebastian Vettel au Brésil, défense acharnée contre Lewis Hamilton en Italie… Charles Leclerc n’est pas un tendre et, malgré son jeune âge, l’a déjà assez démontré en piste l’an dernier.

Le pilote Ferrari reconnaît volontiers, dans les colonnes de Motorsport-Magazin, avoir cet « instinct de tueur », affirmant même qu’il a « toujours été comme ça. »

La question se pose cependant : cet instinct ne le conduit-il pas à commettre des erreurs irréfléchies ? Ne vaut-il pas mieux être un ingénieur qu’un tueur au volant ?

« Chaque fois que je suis dans la voiture, je fais de mon mieux. Chaque fois que je monte dans une voiture, je ne veux pas être deuxième, troisième, quatrième ou cinquième. Je m’en fiche, je veux juste gagner. »

« Certaines erreurs que j’ai commises cette année font partie de cette mentalité. J’ai tout donné à des moments où j’aurais pu simplement prendre les points. Tout le monde ne m’appréciera pas pour cela, mais c’est comme ça que je suis. »

« Mais je peux encore apprendre. Cette mentalité a aussi des aspects positifs. Mais elle peut aussi faire mal dans d’autres moments. Je dois comprendre et contrôler cette mentalité à ces moments précis. Je suis presque sûr que cela viendra avec l’expérience. »

Cette mentalité semble avoir permis, en tout cas, à Charles Leclerc de finir devant Sebastian Vettel au championnat, dès sa première année chez Ferrari. Difficile d’avoir des regrets dans ces conditions !

« Je suis très heureux de la façon dont s’est déroulée ma saison. J’ai beaucoup progressé, mais il y a encore beaucoup à apprendre. Je suis heureux de ce que j’ai montré. J’espère que je pourrai continuer à me développer comme je l’ai fait cette saison. »

« J’ai vraiment beaucoup grandi en 2019. Dans les bons jours, j’ai montré que je peux être très, très bon. Mais il s’agit de tout rassembler chaque week-end. C’est une autre affaire, et je dois me concentrer sur cela. Si je peux le faire, je le ferai. »

Désormais bien en place à Maranello, Charles Leclerc espère consolider sur ces acquis en cette saison 2020, si du moins elle a eu lieu…

« Au début de la saison, j’étais assez intimidé par la taille de l’équipe et son histoire. Cela ne change pas, mais j’ai fait quelques courses pour l’équipe et je me suis habitué aux gens. »

« J’ai commencé avec une voiture complètement neuve au début de la saison. J’ai dû comprendre comment la voiture fonctionne et comment elle fonctionne pour moi. Il fallait que je comprenne comment elle fonctionne le mieux, avec moi dans la voiture. Il est très important de travailler aussi avec l’équipe. »

« Après quatre, cinq, six courses, il y a eu un déclic et j’ai compris ce que je voulais de la voiture. J’avais un peu plus confiance en ce que je voulais. J’ai pu demander des changements à la voiture au lieu d’adapter mon style de conduite à la voiture. A partir de ce moment, nous avons fait de bons progrès. Et puis tout s’est bien passé. »

« Si je fais une erreur, je me souviens de ce que j’ai fait avant et de ce qui a conduit à cette erreur. J’analyse cela. À partir de là, je comprends ce que je ne dois pas faire à nouveau pour que cela ne se reproduise pas. C’est ainsi que je gère chaque erreur que je fais. Cela semble fonctionner, cela porte ses fruits. Il y aura sûrement des jours où je ferai deux fois la même erreur, mais c’est comme ça que je gère ça. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less