Leclerc explique les hauts et les bas de Ferrari par rapport à Red Bull

"De nombreux facteurs ont expliqué le yo-yo"

Recherche

Par Franck Drui

3 décembre 2022 - 18:56
Leclerc explique les hauts et les (...)

Charles Leclerc est revenu sur sa saison 2022 chez Ferrari. Sur le papier, terminer vice-champion du monde après une année médiocre (2020) puis de redressement (2021) peut sembler être un très bon résultat.

Mais sa Ferrari F1-75 s’est avérée être tout de suite compétitive et fiable (au début) ce qui avait logiquement donné d’autres espoirs au Monégasque, son équipe et tous les fans de la Scuderia.

"J’y ai cru jusque tard dans la saison. Vous devez y croire. Lors des premières courses, Red Bull a eu quelques améliorations qui les ont mis un peu devant nous. Mais nous avons été plus fiables. La partie frustrante est venue lorsque nous avons obtenu une évolution et que nous avions la voiture la plus rapide. Les nouvelles pièces à Barcelone nous ont vraiment fait avancer. Le moteur est tombé en panne à Barcelone. A Monaco, nous avons fait une erreur de stratégie. La panne de moteur suivante est survenue à Bakou. Puis la pénalité moteur au Canada. C’est redescendu. Le rythme était là pour gagner des courses, mais nous n’avons pas été à la hauteur. C’était difficile à accepter."

La Ferrari avait initialement une plus grande fenêtre de bon fonctionnement, économe avec ses pneus. Mais en milieu de saison, cela a tourné aussi en faveur de Red Bull...

"Nous avons certainement amélioré notre voiture. Je pense que Red Bull a fait un pas en avant pour une raison quelconque, surtout après la pause estivale. Surtout avec Max, pas tellement avec Sergio. Dans la deuxième partie de saison, ils ont été très, très rapides, surtout en course."

Les nombreuses pole positions de Ferrari ont montré que la vitesse était bonne. L’usure des pneus a en effet empiré. Que s’est-il passé après la trêve estivale à Spa-Francorchamps ?

"Si tu manques de vitesse, tu dois attaquer plus en tant que pilote. Cela augmente l’usure des pneus. De mon point de vue, c’est plus parce que nous devions en tirer plus car nous n’avions pas le rythme auquel nous nous attendions par rapport à Red Bull. Le résultat indirect est que vous avez une dégradation des pneus plus élevée. Au début de la saison, nous avions une meilleure voiture de course en comparaison. Cela nous a permis de gérer les courses plus à notre goût."

Red Bull avait une voiture très rapide dans les lignes droites. Cela a-t-il parfois conduit Ferrari à des compromis indésirables sur les réglages ?

"Ils sont vraiment forts en ligne droite. En début de saison, nous avons pu combler le déficit car nous étions plus rapides dans les virages. Ensuite, ils ont fait un pas dans les virages et étaient tout simplement plus rapides que nous dans l’ensemble. Mais encore une fois, je ne pense pas que le plus gros problème était l’usure des pneus. Nous n’étions pas assez bons pour faire la course parfaite le dimanche, par exemple en termes de stratégie. Parfois, nous nous sommes mis dans une situation sous-optimale, ce qui nous a obligés à faire un relais très long avec un pneu, par exemple. Nous devons travailler sur l’amélioration de notre exécution les dimanches de course."

Et d’ajouter, pour enfoncer le clou : "si je regarde toute la saison, je pense que nous avons eu la performance pour nous battre pour le titre. Nous ne l’avons pas fait."

Où était meilleure Ferrari et où la Red Bull selon lui ?

"Je pense que nous sommes très forts dans les virages moyens et rapides. Dans les virages lents, il y a eu des hauts et des bas au cours de la saison. Dans les lignes droites et dans les virages lents, Red Bull a probablement l’avantage. De nombreux facteurs ont expliqué le yo-yo."

Le marsouinage était là au départ, mais n’a pas limité les performances de Ferrari. Depuis la Belgique, cela semblait plus difficile. Ferrari a-t-elle perdu du temps à cause de la directive technique ?

"Nous ne le pensons pas. Il y a un lien temporel entre l’introduction et notre perte de vitesse. Mais pour être honnête, nous ne pensons pas que cela ait quelque chose à voir avec cela. Nous pensons que Red Bull a apporté quelques pièces à Spa, ce qui les a rendues plus rapides. Surtout quand on le compare à d’autres équipes. Ce n’est pas que nous ayons ralenti par rapport à eux. Il semble juste que Red Bull soit devenue plus rapide."

Leclerc a vécu deux années sans victoire avec Ferrari en 2020 et 2021. En 2022, il a retrouvé le chemin de la victoire. Alors au final, faut-il voir les choses de manière positive, un succès parce qu’il y a eu de nets progrès ? Ou est-ce un échec parce que le championnat n’a pas été au bout ?

"Je suis exactement au milieu. Une partie de moi regarde l’image globale de la situation. Nous avons fait un grand pas de 2021 à cette saison. Nous avons fait un travail incroyable sur la performance. Je ne pense pas que beaucoup de gens croyaient que nous étions capables de nous battre pour des victoires."

"D’un autre côté, c’est décevant car nous avions la performance dans la voiture pour gagner plus de courses. Mais encore une fois, nous nous concentrons sur l’amélioration. Nous avons profité des dernières courses pour nous améliorer et préparer au mieux la saison prochaine. Nous devrions avoir une voiture aussi bonne que cette année afin de pouvoir nous battre pour le championnat jusqu’au bout."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos